Rechercher dans ce blog

Chargement...

samedi 16 juillet 2016

On attendait des attentats : ils sont en direct de Nice à la télé

Je m'étais absenté deux ou trois jours, et au retour je découvre.

Je découvre l'horreur, mais pas seulement elle. Slate.fr se pose la question de la débâcle de la télévision française. Je ne pense pas que ce soit cela. Je crains que ce ne soit, non pas une "boulette", une fatale erreur, mais bien au contraire une propagande vraie à partir d'images vraies.


Des médias s'interrogent sur la façon dont un tel camion a pu, en pleine opération Vigipirate rouge clignotant, en plein état d'urgence, se faufiler jusqu'à la Promenade des Anglais. Sauf bien entendu si le conducteur (connu pour ses antécédents psychiatriques) a bénéficié de complicités, voire de commanditaires. Bien entendu, il est mort, comme "les autres" (Merah, Coulibali et consorts) il ne parlera pas. Une enquête sera bien entendue diligentée sur les circonstances de la location du camion, voire sur le financement de cette location. En aurons-nous les vraies conclusions ? D'où venait l'arme ? Et tant de questions....

Je crains donc une opération TERREUR de plus, à laquelle les télévisions, dûment dotées d'une charte éthique pourtant, ont collaboré (de gré ou de force, on le saura peut-être) afin de renforcer le sentiment d'insécurité chez nos compatriotes.

Il y a longtemps, gens du gouvernement, que nous le savons : notre seule insécurité ne peut venir que de vos services, grâce à des lois ad hoc qui donnent dans les faits tous les droits aux forces d'investigation brutale et de répression. 


 

jeudi 30 juin 2016

Loi Travail et compagnie (et quelle compagnie! ) : faisons le ménage

L'article 2 du projet de loi Travail serait intangible et inamovible, pour des raisons éminemment contestables, et très contestées. Le premier ministre serait têtu, semble-t-il. Soyons-le, nous aussi.

Tout est bloqué, à ce propos-là, mais aussi à celui du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes où il est tout autant droit dans ses bottes. Là encore la contestation est vive, large et particulièrement justifiée par un monde d'irrégularités. Irrégularités telles, et tellement fréquentes, que Françoise Verchère, figure historique de l'opposition officielle à l'aéroport, en a tiré un livre implacable.  Tous les grands marchés publics depuis bien des années sont passés au crible et dénoncés, pour leurs entorses aux lois jamais sanctionnées.

Puisque le gouvernement tout entier, depuis la plus haute sphère et au-delà, est contesté, eh bien contestons. Prions avec amabilité, mais sans concession, toute cette camarilla de partir quelle qu'en soit la couleur politique affichée. Ceux qui "attendent leur tour" dans le parti d'en-face, dans LES partis d'en-face, ne valent pas plus cher. Il s'agit de faire place nette, avec des personnes nouvelles toutes issues de "la base", celle qui n'a pas le droit à la parole, surtout quand celle-ci va à l'encontre de CELLE DU PRINCE. On a l'impression de se retrouver dans l'École des Femmes.

« C’est assez.
Je suis maître, je parle, allez, obéissez. »

Oui, soyons encore plus têtus, et renvoyons tout ce personnel grassement payé toquer à la porte de Pôle Emploi sans aucun espoir de retrouver ne serait-ce qu'une place de chaudronnier stagiaire ou d'apprenti boulanger. A quoi sert-il de discuter avec la mauvaise foi assumée ?

Que n'existent plus les politiciens professionnels de la politique, que ne soient  amenés à décider que ceux qui n'en ont pas le goût, et qu'ils laissent vite leur tout à d'autres tout aussi vierges de grandes magouilles au long cours (dans la coulisse, "Des noms ! Des noms !" - ils ne manquent pas).

Citoyens, prenez le manche de VOTRE destinée, car vous seuls pouvez la conduire, pas des bavasseurs au verbe haut, et encore moins - dure subtilité - les assistants de ceux-ci dont on ne sait rien, et qui mènent la baraque en sous-main pendant que le Maître pérore.

La première tâche collective sera, EST, de constituer une Constituante chargée de remettre à plat un texte fondamental pourri par les nombreuses additions, soustractions qui en ont dépecé un équilibre déjà difficile au départ. Bien entendu, les Constituants seront honorés, mais ils ne pourront pas devenir avant longtemps les représentants du Peuple, s'il y en est prévu dans la nouvelle mouture. Et qu'on se le dise, comme je le suggère, c'est DÈS MAINTENANT qu'il faut commencer ce travail, au moins de défrichement de nouvelles solutions plus démocratiques. Des velléités existent çà et là depuis des années, mais leur dispersion les mène à l'impuissance. De plus, on note de forts antagonismes entre elles, car les aspirations sont multiples et contradictoires.

Il va falloir que des personnes simplement convaincues du bien commun, sans artifices, s'y mettent. Je ne donnerai qu'un exemple. Sur l'illustration jointe, un homme est mis en valeur au centre, chapeau à la main. Ce n'est pas sans raison.  Jacques Jallet, natif de La Mothe Saint Héray (Deux-Sèvres), était curé d'une petite paroisse aujourd'hui disparue, Chérigné. Élu député, il était à Versailles pour les réunions des 3 ordres des États Généraux convoqués par le roi. Le 13 juin 1789 il quitte la salle où étaient assemblés les représentants du  clergé, et suivi de deux autres curés poitevins il se rend faire un discours dans la salle du Tiers État. Petit à petit d'autres curés suivront, ce qui aboutira à la réunion des trois ordres, et au serment du Jeu de Paume.  Parce que se mettre en avant n'était pas dans sa nature, il fut bien peu reconnu pour ses mérites. Il décéda deux ans plus tard.  Je pense qu'il est un exemple, par son humilité et sa conviction de se mettre simplement au service d'une grande cause sans rien en attendre.

mardi 28 juin 2016

Différences entre le Brexit et un Frexit

Pauvres Anglais ! (tiens, pour une fois je les plains)

Ils n’ont pas, comme les Français, eu "la chance" de répondre non au TCE. Même si ensuite un COUP D’ÉTAT leur a imposé le traité de Lisbonne, les Français en toute légitimité peuvent virer les politicards actuels et les banquiers qui les financent, puis sortir IMMÉDIATEMENT, sans attendre la moindre permission, au nom du Principe de Nécessité, et selon les articles 61 et 62 de la Convention de Vienne (1969). Rejetant comme un a priori le traité de Lisbonne, ils n’ont pas à faire appel à l’article 50 du TUE qui en est un constituant.

Sortir officiellement, bloquer les flux financiers, ceux qui les provoquent éventuellement, déclarer la patrie en danger, tout cela peut se mettre en place en quelques heures. 48 heures plus tard les derniers "diplomates" US ont quitté leur bunker, tous déclarés persona non grata. En même temps une simple lettre adressée boulevard Léopold III à Haren annonce la sortie pure et simple de l’OTAN.
Dans les jours qui suivent, les grandes entreprises sont saisies et mises à la disposition du Peuple. Y compris éventuellement les filiales de grandes entreprises étrangères. L’interdiction des OGM et des défoliants est prononcée. Des personnalités sous le coup d’accusations de meurtre par refus de précaution (vu, la FNSEA ?) sont arrêtées.

Le Quai d’Orsay se met en contact immédiat avec les BRICS et d’autres pays, pour des accords bilatéraux, en coordination avec les ministères de l’Agriculture, de l’Industrie..... car bien entendu aussitôt et en urgence des personnalités ont remplacé toutes celles qui détenaient les portefeuilles précédemment.
Un mois plus tard, la France a un tout autre aspect, les cercles qui préparaient des idées pour une nouvelle Constitution envoient des délégués pour en assurer la synthèse, l’équilibrage, avec le concours de quelques juristes pour en vérifier la forme. Quelques mois plus tard les Citoyens sont appelés à entériner le texte, auquel ils auront eu loisir d’avoir accès (avec remarques éventuelles) avant sa forme définitive.

Toutes les lois récentes sur le travail, sur les retraites, sont abrogées, ainsi que d’autres issues des instructions de Bruxelles depuis le 29 mai 2005. Les syndicats sont invités à quitter la CES, et à provoquer des congrès exceptionnels en vue de nouvelles têtes de préférence issues directement de la base. Le SMIC est dans un premier temps majoré de 20%. Les banques accordent aux PME des facilités de trésorerie sans contrepartie. (bien sûr, ce ne sont plus des euros, mais une nouvelle monnaie NON CONVERTIBLE) D’ailleurs les banques d’affaires sont dissoutes, les banques de dépôt deviennent les simples succursales de la BdF, AU SERVICE des clients, et non d’obscurs actionnaires.

Voilà quelques-unes des mesures qu’on peut prendre très vite. Bien entendu, chaque personne qui le souhaite, et qui a un projet intéressant, peut monter son entreprise pour remplacer les apports extérieurs UTILES qui pouvaient provenir des pays anglo-saxons - ceux-ci ne manqueront probablement pas de frapper notre pays d’embargo !

lundi 13 juin 2016

Et la laïcité, palsambleu !


Citation d'une femme politique, aux antipodes  des Républicains tels que je peux les concevoir.

"L'un n'empêche pas l'autre. La religion chrétienne n'interdit pas la laïcité. Les deux ont été parfaitement compatibles pendant plus d'un siècle, il n'y a pas de raison que ça ne continue pas"

Encore heureux ! Mais cette dame (on aura sans doute reconnu Marine Le Pen)  inverse les rôles. La religion en France n'a pas à permettre quoi que ce soit, c'est la République qui reconnaît à chacun ses croyances tout en ne reconnaissant pas les religions en tant que telles.



Il est terrible que les politiciens en prennent autant à leur aise avec notre législation, déjà terriblement malmenée par la loi Debré (le père). La laïcité est l'un des piliers les plus essentiels, parce qu'elle permet la cohabitation de tous dans le respect de tous et chacun. Encore faut-il que personne ne vienne provoquer et attaquer l'autre au nom de ses propres principes. Cela est particulièrement vrai des élus du peuple, qui doivent encore plus que le commun des mortels appliquer une prudente réserve.

Qu'on ne me parle pas de "tolérance" : ce terme induit de la part de qui s'en sert une condescendance envers autrui. Il faut utiliser  plutôt "acceptation" : on s'accepte réciproquement, tel que chacun est  (mais pas forcément tel que chacun FAIT). Il est insupportable de voir une personnalité politique française, ministre de surcroit, se déplacer ès qualités à Rome pour une "canonisation" qui ne correspond à rien dans notre législation. Ce temps-ci, ce genre de déplacement devient même fréquent. Je le répète : c'est inadmissible.

Certes, il y a longtemps que nous l'avons compris. Ces gestes sont très exactement des provocations, de la part d'une classe politique sclérosée, vieillie, et surtout aux abois. Elle cherche donc à rallier à elle le pire : les plus rétrogrades, les intégristes de tous poils.

Il est temps de dire à tous ces gens-là : C'EST ASSEZ ! Rentrez chez vous, et n'en sortez plus jamais. Le Peuple ne s'y trompe pas. Il hue un premier ministre en déplacement. La vérité est ailleurs : dans la vie de tous, et tous, ce ne sont certainement pas les membres des coteries politico-"religieuses" attachés à leurs places et leurs prébendes. Tout le monde a compris qu'actuellement, la seule chose qui importe est le retrait de la loi Travail. Le reste n'est qu'écœurante poudre aux yeux, qui n'aveugle plus personne malgré "leurs" efforts.

De l'égalité viendra la fraternité : 
ensemble elles conduiront la liberté, en toute laïcité.

jeudi 9 juin 2016

Une alerte russe

Je considère comme un devoir en tant qu'être HUMAIN habitant une petite boule appelée la Planète Terre, de reproduire ici cet appel, de Russes vivant aux États-Unis.

A vous de juger.....


-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

Une alerte russe

Une alerte russe


Nous, soussignés, sommes des Russes qui vivons et travaillons aux États-Unis.

stock-photo-the-tablet-warning-of-danger-to-a-life-russian-letters-32323902Nous avons suivi avec une inquiétude croissante les politiques actuelles des États-Unis et de l’OTAN qui nous ont placés sur une trajectoire de collision extrêmement dangereuse avec la Fédération de Russie, ainsi qu’avec la Chine. Beaucoup d’Américains patriotes respectés, tels que Paul Craig Roberts, Stephen Cohen, Philip Giraldi, Ray McGovern et beaucoup d’autres ont fait part de leur crainte d’une troisième guerre mondiale. Mais leurs voix ont été totalement étouffées par le vacarme des médias de masse qui sont pleins d’histoires trompeuses et inexactes sur l’économie russe « qui est en ruines » et sur l’armée russe « qui est faible » – tout ceci sans aucune preuve. Mais nous, qui connaissons à la fois l’histoire russe et l’état actuel de la société russe et de l’armée russe, ne pouvons pas avaler ces mensonges. Et nous ressentons très fort, maintenant, le devoir, en tant que Russes vivant aux États-Unis, d’avertir le peuple américain qu’on lui ment, et de lui dire la vérité. La vérité est tout simplement ceci:

S’il y a une guerre avec la Russie, les États-Unis sont sûrs d’être détruits, et la plupart d’entre nous y perdrons la vie.

Prenons un peu de recul et plaçons ce qui se passe dans un contexte historique. La Russie a énormément souffert aux mains d’envahisseurs étrangers et perdu 22 millions de personnes dans la Seconde Guerre Mondiale. La plupart des morts étaient des civils, parce que le pays a été envahi, et les Russes ont juré de ne jamais laisser une telle catastrophe se reproduire. Chaque fois que la Russie a été envahie, elle en est sortie victorieuse. En 1812, Napoléon a envahi la Russie; en 1814 la cavalerie russe entrait dans Paris. Le 22 Juillet 1941, la Luftwaffe de Hitler a bombardé Kiev; le 8 mai 1945, les troupes soviétiques roulaient dans Berlin.

Mais, depuis, certaines  choses ont changé. Si Hitler attaquait aujourd’hui la Russie, il mourrait 20 à 30 minutes plus tard, son bunker réduit en cendres par un missile de croisière supersonique Kalibr lancé d’un petit navire de la marine russe, quelque part dans la mer Baltique. Les capacités opérationnelles de la nouvelle armée russe ont été démontrées de façon éclatante lors des actions récentes contre ISIS, Al Nusra et autres groupes terroristes financés par l’étranger, qui opèrent en Syrie. Autrefois, la Russie devait répondre aux provocations en livrant les batailles terrestres sur son propre territoire, puis en lançant une contre-invasion; mais aujourd’hui ce n’est plus nécessaire. Les nouvelles armes de la Russie rendent ses représailles immédiates, indétectables, imparables et parfaitement mortelles.

Ainsi donc, si demain une guerre devait éclater entre les États-Unis et la Russie, il est garanti que les États-Unis seraient effacés de la carte. Au minimum, il n’y aurait plus de réseaux électriques, plus d’internet, plus de pipelines de pétrole et de gaz, plus d’autoroutes, plus de transport aérien ou de navigation par GPS. Les centres financiers se retrouveraient en ruines. Le gouvernement, à tous les niveaux, cesserait de fonctionner. Les forces armées américaines stationnées tout autour du globe ne seraient plus réapprovisionnées. Au pire, l’ensemble du territoire des États-Unis serait recouvert d’une couche de cendres radioactives. Nous vous disons ceci non pas pour jouer les alarmistes, mais parce que, nous fondant sur tout ce que nous savons, nous sommes nous-mêmes alarmés. En cas d’attaque, la Russie ne reculera pas; elle répliquera, et elle anéantira complètement les États-Unis. Elle en a les moyens.

Le leadership américain a tout fait pour amener la situation au bord de la catastrophe. Tout d’abord, ses politiques obstinément anti-russes ont fini par convaincre les dirigeants russes qu’il est futile de faire des concessions ou de vouloir à tout prix négocier avec l’Occident. Il est devenu évident que l’Occident soutiendra toujours tout individu, mouvement ou gouvernement qui sera anti-russe, que ce soient des oligarques russes fraudeurs du fisc, des Ukrainiens reconnus coupables de crimes de guerre, des terroristes wahhabites soutenus par les Saoudiens en Tchétchénie ou des punks profanateurs de cathédrale à Moscou. Maintenant que l’OTAN, en violation de ses promesses antérieures, s’est étendu jusqu’à la frontière russe, avec des forces américaines déployées dans les États baltes mettant à portée d’artillerie Saint-Pétersbourg la deuxième plus grande ville de Russie, les Russes n’ont plus de place laissée à la retraite. Ils ne vont pas attaquer ni, non plus, reculer ou se rendre. La direction russe bénéficie à plus de 80% du soutien populaire; les 20% restants semblent penser qu’elle s’oppose trop mollement à l’empiètement occidental. Mais la Russie ripostera, et une provocation ou une simple erreur pourrait déclencher une séquence d’événements qui aurait pour résultat des millions d’Américains morts et les États-Unis en ruines.

Contrairement à de nombreux Américains, qui voient la guerre comme une aventure étrangère, victorieuse et passionnante, les Russes connaissent, donc détestent et craignent la guerre. Mais ils y sont prêts aussi, et ils s’y préparent même, à toutes fins utiles, depuis plusieurs années. Leurs préparatifs ont été des plus efficaces. Contrairement aux États-Unis, qui dilapident un nombre inconnu de milliards sur des programmes d’armes douteux et hors de prix tels que l’avion de combat interarmées F-35, les Russes sont extrêmement avares de leurs roubles de défense, faisant jusqu’à 10 fois mieux par dollar que l’industrie de défense des États-Unis. Il est vrai que l’économie russe a souffert de la baisse programmée du prix de l’énergie, mais elle est très loin d’être en ruines, et un retour à la croissance est attendu dès l’année prochaine. Le sénateur John McCain a un jour qualifié la Russie de « station de gaz se faisant passer pour un pays». Eh bien, il a menti. Oui, la Russie est le plus grand producteur de pétrole du monde et le deuxième plus grand exportateur de pétrole, mais c’est aussi le plus grand exportateur mondial de céréales et de technologie de l’énergie nucléaire. C’est une société aussi avancée et sophistiquée que celle des États-Unis. Les forces armées russes, à la fois classiques et nucléaires, sont maintenant prêtes à se battre, et elles sont plus qu’un challenger pour les États-Unis et l’OTAN, en particulier si une guerre éclate n’importe où au voisinage de la frontière russe.

Mais un tel combat serait suicidaire pour toutes les parties. Or, nous croyons sérieusement qu’une guerre conventionnelle en Europe court grand risque de devenir très rapidement nucléaire, et que toute frappe nucléaire US / OTAN sur les forces ou le territoire russe déclenchera automatiquement une frappe nucléaire russe de rétorsion, non seulement sur l’Europe mais sur le continent américain. Contrairement aux déclarations irresponsables faites par certains propagandistes US, les systèmes de missiles antibalistiques américains sont incapables de protéger le peuple américain d’une frappe nucléaire russe. La Russie a les moyens de frapper des cibles aux États-Unis avec des armes nucléaires à longue portée aussi bien qu’avec des armes conventionnelles.

La seule raison pour laquelle les États-Unis et la Russie se sont retrouvés sur une trajectoire de collision, au lieu de désamorcer de concert les tensions éventuelles et de coopérer sur un large éventail de problèmes internationaux, vient du refus obstiné des dirigeants US d’accepter la Russie comme un partenaire égal: Washington veut mordicus être le « leader mondial » et la « nation indispensable », alors même que son influence n’en finit pas de décliner, dans le sillage d’une chaîne de désastres politiques et militaires tels que l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie, le Yémen et l’Ukraine. Un leadership américain absolu est une chose que ni la Russie, ni la Chine, ni la plupart des autres pays ne sont prêts à accepter. Cette perte graduelle mais visible de pouvoir et d’influence a rendu la direction des États-Unis hystérique, et de là aux aventures suicidaires, il n’y a qu’un pas. Les dirigeants politiques de l’Amérique doivent être placés sous surveillance médicale pour tendance pathologique au suicide.

Avant tout, nous appelons d’abord les commandants des forces armées américaines à suivre l’exemple de l’amiral William Fallon, qui, lorsqu’on l’a pressenti pour faire une guerre à l’Iran, aurait répondu « pas sur mon temps de travail ».  Nous savons que vous n’êtes pas suicidaires, et que vous ne voulez pas mourir pour cause d’hybris impériale inconsidérée. Si possible, dites, s’il vous plaît, à vos employés, à vos collègues et surtout, à vos supérieurs civils que la guerre avec la Russie ne se fera pas sur votre temps de travail. À tout le moins, prenez cet engagement envers vous-mêmes et, si jamais le jour venait où cet ordre suicidaire vous était donné, refusez tout simplement de l’exécuter parce qu’il ferait de vous des criminels. Rappelez-vous que, selon le Tribunal de Nuremberg, « lancer une guerre d’agression … est non seulement un crime international; c’est le crime international suprême, ne différant des autres crimes de guerre que parce qu’il contient en lui-même le mal accumulé de tous les autres ». Depuis Nuremberg, « Je n’ai fait qu’obéir aux ordres » n’est plus un moyen de défense valable. S’il vous plaît ne soyez pas des criminels de guerre.

Nous faisons également appel au peuple américain pour qu’il s’oppose pacifiquement mais avec force à tout politicien ou parti qui provoque la Russie de façon irresponsable et autorise ou encourage une politique de confrontation inutile avec une superpuissance capable de détruire les États-Unis en un peu moins d’une heure. Parlez, brisez la barrière de la propagande massive des médias, et rendez vos compatriotes américains conscients de l’immense danger d’une confrontation entre la Russie et leur pays.
Il n’y a aucune raison objective pour que les États-Unis et la Russie soient des adversaires. La confrontation actuelle est entièrement le résultat des vues extrémistes du mouvement néo-conservateur, dont les membres ont infiltré le gouvernement fédéral américain, et qui considèrent tout pays qui refuse d’obéir à leurs diktats comme un ennemi à broyer. Par leurs efforts inlassables, plus d’un million de personnes innocentes ont déjà péri dans l’ex-Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie, au Pakistan, en Ukraine, au Yémen, en Somalie et dans de nombreux autres pays, tout cela à cause de leur insistance maniaque pour que les États-Unis soient un empire mondial, pas un pays normal comme les autres, et pour que chaque dirigeant de n’importe où se prosterne devant eux ou soit renversé. En Russie, la force apparemment irrésistible qu’est le mouvement néo-conservateur a finalement buté sur un os. Il faut qu’il soit contraint de reculer avant de nous avoir détruits tous.

Nous sommes absolument et catégoriquement certains que la Russie n’attaquera jamais les États-Unis, ni aucun État membre de l’UE, que la Russie n’est pas du tout intéressée à recréer l’URSS, et qu’il n’y a pas de « menace russe » ou « d’agression russe » en dehors des fantasmes néo-conservateurs. La majeure partie de la récente réussite économique russe est due à l’abandon des anciennes dépendances soviétiques. Elle lui a permis de poursuivre une politique de « Russie d’abord ». Mais nous sommes tout aussi certains que si la Russie est attaquée, ou simplement menacée d’attaque, elle ne reculera pas, et que les dirigeants russes ne faibliront pas. Avec une grande tristesse et le coeur lourd mais sans hésiter, ils feront le devoir auquel ils se sont engagés par serment et lâcheront un barrage nucléaire dont les États-Unis ne se remettront jamais. Même si l’ensemble de la direction russe doit être tuée dans une première frappe US, le système Dead Hand (« Périmètre ») lancera automatiquement assez de bombes nucléaires pour effacer les États-Unis de la carte géopolitique. Nous estimons qu’il est de notre devoir de faire tout notre possible pour éviter une telle catastrophe.

Eugenia V Gurevich, PhD
http://thesaker.ru/
The Saker (A. Raevsky)
http://thesaker.is/
Traduit par le Saker Francophone – Revu par c.l. pour Les Grosses Orchades

mercredi 1 juin 2016

"Comment la Russie se prépare à la Troisième Guerre mondiale", assure Le Saker Francophone

Bonjour.

Il est probablement bénéfique de lire un tel article. Cela fait du bien au moral. Les rodomontades des civils du Pentagone, servilement relayés par les politiciens de Cour européens, se brisent sur la certitude de deux évidences :

- la Russie n'est en RIEN agressive, bien que des propagandistes stupides et dangereux fassent tout pour le faire croire.

- la Russie s'est donné les atouts pour riposter contre toute vraie agression, y compris en détruisant ceux mêmes qui la conspuent, "l'asticotent" comme de débiles cabots braillards. Le "sanctuaire" étatsunien, jamais atteint par des agents de l'extérieur, volerait en éclats, et Washington en premier probablement.

Voici donc cet article, ou tout au moins son début.

bab


Comment la Russie se prépare à la Troisième Guerre mondiale

How Russia is preparing for WWIII



Saker US

Par The Saker – Le 26 mai 2015 – Source thesaker.is

J’ai récemment publié un article dans lequel j’ai essayé de discréditer quelques mythes populaires au sujet de la guerre moderne. A en juger par de nombreux commentaires reçus en réponse à ce texte, je dois dire que les mythes en question sont encore bien vivaces et que j’ai clairement échoué à convaincre de nombreux lecteurs. Ce que je propose de faire aujourd’hui, est de regarder ce que la Russie est vraiment en train de faire, en réponse à la menace croissante de l’Occident. Mais d’abord, je dois définir le contexte ou, plus exactement, re-définir le contexte dans lequel la Russie agit. 

Commençons par examiner les politiques des Anglo-sionistes envers la Russie.

Les actions de l’Ouest

Tout d’abord la première sur la liste est, bien évidemment, la conquête par l’OTAN de toute l’Europe orientale. Je parle de la conquête parce que c’est exactement ce que c’est, mais une conquête réalisée selon les règles de la guerre du XXIe siècle, que je définis ainsi : 80 % d’information, 15% de militaire et 5% d’économie. Oui, je sais, les bonnes gens en l’Europe de l’Est ont tout simplement rêvé d’être subjugués par les États-Unis/OTAN/UE / etc. Et alors ? Quiconque a lu Sun Zi, peut comprendre immédiatement que ce désir profond d’être incorporé dans la race anglo-sioniste des Borg de Star Trek, n’est rien d’autre que le résultat d’une identité écrasée, un complexe d’infériorité profond et, par conséquent, une capitulation qui n’a même pas besoin d’être induite par des moyens militaires. Tous comptes faits, peu importe ce que les gens pensaient du but qu’ils atteindraient – ils sont maintenant sujets de l’Empire et leurs pays sont des colonies plus ou moins pertinentes à la frange de l’Empire anglo-sioniste. Comme toujours, l’élite compradore locale se rengorge maintenant avec fierté d’être – croit-elle – acceptée comme égale par ses nouveaux maîtres (pensez à Porochenko, Tusk ou Grybauskaite), qui lui donnent le courage d’aboyer contre Moscou derrière la palissade de l’OTAN. Grand bien lui fasse…

Deuxièmement, il y a la colonisation maintenant totale de l’Europe occidentale par l’Empire. Alors que l’OTAN avançait à l’Est, les États-Unis ont également pris un contrôle beaucoup plus profond de l’Europe occidentale qui est maintenant administrée, pour le compte de l’Empire, par ce que l’ancien maire de Londres appelait autrefois les «grandes gelées affalées d’invertébrés protoplasmiques» – les bureaucrates anonymes à la François Hollande ou Angela Merkel.

Troisièmement, l’Empire a donné son soutien absolu à des créatures semi-démoniaques, allant de al-Khattab à Nadezhda Savchenko. La politique de l’Ouest est limpide et simple à l’extrême : si la créature est anti-russe, nous la soutenons. Cette politique trouve son meilleur exemple dans la campagne de diabolisation de Poutine et de la Russie, qui est, à mon avis, bien pire et beaucoup plus hystérique que tout ce qu’on a vu pendant la Guerre froide.

Quatrièmement, l’Occident a opéré un certain nombre de mouvements militaires très inquiétants, y compris le déploiement des premiers éléments d’un système anti-missile en Europe de l’Est, l’envoi de divers types de forces de réaction rapide, le déploiement de quelques unités blindées, etc. L’OTAN a maintenant déployé en hâte des postes de commandement qui peuvent être utilisés pour soutenir l’engagement d’une force de réaction rapide.

(pour la suite, comme indiqué, merci de cliquer sur ce lien : bonne lecture !)

dimanche 29 mai 2016

Qu'est-ce que l'égalité ?

Qu'est-ce que l'égalité ?



Dans les bases de la République, gît un parent pauvre, délaissé, mal vu, parce que sa position de pierre maîtresse de la Vie Intelligente gêne les ambitieux.


Sans l'égalité, il ne saurait y avoir de fraternité, de laïcité, de solidarité : sans tout cet ensemble la liberté est un cheval impétueux prêt à tous les écarts, tous les excès. C'est bien ce qui est observé aujourd'hui, parce que la liberté a pris le pas sur tout le reste. Il faut crier casse-cou !


Il faut que TOUS les êtres humains prennent conscience que tous sont réellement égaux, et pas du bout des lèvres. Cette égalité va de pair avec une différenciation totale : nous avons beau être des milliards, des milliards ont eu beau nous précéder, des milliards vont nous succéder. Chacun est unique, de mille façons différentes, et dans chaque façon, de mille gradations différentes. Cela vaut pour la longueur de tel doigt, la nuance de couleur de telle peau, de tels cheveux. Cela vaut pour la forme d'intelligence : loin d'être stéréotypée, n'en déplaise aux Grands Décideurs Fous, ses nuances sont rigoureusement innombrables.


Justement, que sont ces Décideurs ? Certains qui ont développé, AU DÉTRIMENT d'autres talents, celui de subjuguer d'autres personnes par leurs actes ou leurs paroles. Sont-ils supérieurs ? En rien. Seulement plus dangereux, parce que leur liberté empiète sur celle d'autres personnes.


Y a-t-il, en contrepartie, des inférieurs ? Pas plus. Seulement des personnes plus discrètes sur leurs talents, qui ne les dévoileront peut-être jamais parce qu'elles seront écrasées. La prétendue supériorité masculine est là-dessus un exemple parmi beaucoup d'autres, même s'il concerne la moitié du genre humain.


Bien entendu, il n'y a aucune différence dans l'égalité des personnes, qui soit liée au sexe. Cela découle de ce qui a été énoncé plus haut. Et si, à travers les âges, des hommes ont tenté d'avoir le verbe plus haut et le poing plus prompt envers des femmes, c'est parce qu'à tort, ils en AVAIENT PEUR. Chacun possède SES talents, qui ne sont pas ceux des autres personnes, ou pas de la même façon. C'est tout.


Dans ce combat pour faire admettre que l'égalité est primordiale, et source de l'harmonie, des hommes un peu frustes se retrouvent avoir pour alliées des femmes probablement mal dans leur peau, qui oseront brandir (trop) hardiment le drapeau du féminisme. C'est une discrimination ! Qu'elle se révèle à l'envers de ce qu'on rencontre le plus souvent, n'y change rien. Nous sommes bel et bien tous égaux, tous différents.


Au cours d'une conversation, à propos de la représentation des humains dans une assemblée de décision, je soulevais entre autres le cas de mères allaitantes après une grossesse difficile : une voisine de discussion m'a immédiatement rembarré, genre « Tu n'es pas une femme, alors là-dessus, tais-toi ! ». Mauvaise idée, à mon avis, et brutalement exposée ! Une femme allaitante est une femme qui œuvre au bien de tous, c'est une tâche primordiale que d'allaiter, et devoir partager cette tâche avec une autre tâche tout aussi difficile, réfléchir et co-décider pour le bien de tous, aboutira à deux tâches mal accomplies.


Je crains que ma voisine n'ait précisément été féministe. Porter un enfant de la conception, ou presque, jusqu'à l'âge de trois ou quatre ans, c'est une tâche à temps plein à soi tout seul, qui mérite les mêmes égards et les mêmes rémunérations que la conduite d'un poids lourd ou une opération à cœur ouvert. Les talents diffèrent, il n'y a pas pour autant de degrés entre eux. J'ai souvent dit que l'employé municipal qui ramasse les poubelles est exactement aussi utile, lui qui vient chaque semaine, que le chirurgien dont il est bien possible qu'on n'aura jamais affaire à lui de toute sa vie.


L'égalité, quelle notion difficile à promouvoir, tant elle est essentielle ! Difficile, puisque, comme les exemples le démontrent abondamment, de très nombreuses personnes s'ingénieront à la rabaisser à une idée subalterne. Il faut dire qu'elle est particulièrement déplaisante, pour qui veut dominer (au détriment et sans doute à cause du manque d'autres talents précieux). C'est vrai des militaires, des prêtres, des empereurs (qui réunissent souvent les deux casquettes, pour plus d'efficacité).


Prenons les temps très anciens. Quand les plus faibles physiquement et les enfants, les vieillards étaient à l'abri, des sacrifiables de fait portaient des attaques, ou s'en défendaient. Puis, couverts de gnons et de gloire, s'ils s'en étaient sortis ils revenaient parader à l'image des mâles dominants d'espèces moins intelligentes. Subtil ? Euh...


Quand les plus faibles physiquement étaient à l'abri la nuit, d'autres mâles veillaient sous la pluie ou au clair de lune en cas d'attaques de carnivores nocturnes. Ce sont eux, petit à petit, qui par leurs observations de routine apprirent la ronde des jours et des mois, voire des années : forts de cette science ils revenaient parader en psalmodiant, comme si leur science immense les rendait supérieurs. Oui, il s'agissait encore de mâles.


Les uns et les autres faisaient donc tout, par des initiations diverses, pour promouvoir de pseudo-supérieurs, auxquels tous, trop jeunes, trop âgés, trop peu hardis, trop féminins, devaient le respect. Dix mille ans plus tard, RIEN n'a changé : quelle honte !


J'invite à repenser à ces aberrations, et à veiller à les chasser des esprits. Puis nous ferons une ronde, celle des égos égaux, quand toute notion de préséance, de compétition en quoi que ce soit aura fui les cerveaux les plus rétifs à cette nouvelle donne. Il faudra très tôt changer les visions qu'auront les enfants du monde, pour qu'ils s'y coulent naturellement au lieu d'être soumis très vite au stress de la lutte pour être le plus fort.


Bien sûr ce fera qu'il n'y aura plus de militaires, qu'il n'y aura plus de prêtres enclins à dominer via l'armée ou la religion (incidemment rappelons que pour certains, la Science est leur religion, à moins que ce ne soit l'Argent). Chacun croira ce qu'il voudra, en toute liberté, sans jamais l'imposer à quiconque. La vraie laïcité, c'est cela.



"De l'Égalité jaillira la Fraternité, celles-ci seront les bases de la liberté"


Ce sera la nouvelle devise.

mardi 24 mai 2016

Autres blogs proposés au public

Bonjour à tous !

Eh oui, j'étais bien là, fort occupé  des militantismes divers.


C'est au point que j'ai créé trois autres blogs, dont deux axés sur des actions locales :

44 Contre Linky est le support de notre collectif de l'agglomération nantaise, en lutte contre les diktats (encore) cette fois d'ERDF sous l'injonction de l'union européenne, qui souhaite surveiller toutes nos actions, même les plus intimes. C'est bien le vrai but, donc pas celui qui est mis en avant ( « des économies d'énergie » ), j'en ai eu confirmation par plusieurs sources.


Nantes pour une constituante est une ouverture du cercle nantais de l'Association Pour Une Constituante, dont le siège est à Paris. Elle regroupe tous ceux qui souhaitent s'investir en ce but.


Enfin le petit dernier est logiquement celui où l'on veut lutter contre l'union européenne, ce machin bruxellois imposé malgré la volonté claire du Peuple Souverain. J'y ai réuni des outils divers, il y en a forcément d'autres. 

http://ennemieurope.blogspot.fr/

Bonne lecture !

bab

mercredi 18 mai 2016

La maréchaussée bien chaussée sur la chaussée, courait aux chausses de chauds stipendiés ?

Une dépêche de l'AFP m'interpelle soudain.

Selon François Fillon, ancien premier ministre, les policiers seraient particulièrement tendus en raison des casseurs qui les agressent en marge des manifestations. Sans doute ne suit-il pas régulièrement ce qui se voit et se dit sur Internet à propos de ces violences.

De nombreuses vidéos démontrent clairement que parmi ces casseurs et trublions,  une partie importante est en fait composée de camarades de ces mêmes policiers. Sont-ce des casseurs par vocation agissant avec l'accord des autorités ? Sont-ce des policiers à part entière ? Bien malin qui pourrait le dire, à moins d'enlever ces trublions, et de leur faire les poches pour vérifier leur appartenance. Les simples citoyens n'ont pas le droit d'effectuer ces vérifications musclées. En tout cas, on constate que certains parmi ces casseurs, pris à partie par les citoyens manifestants, tout-à-coup foncent et s'échappent par une faille soudain ouverte dans le mur de robocops. Ou d'autres, qui ne savent pas être vus sans doute, après avoir commis des bris divers, remettent un brassard de forces de l'ordre alors qu'un autocollant d'un syndicat extrémiste est encore accroché à leur pantalon. Cela fait désordre.

Ces hommes-là sont en jean, blouson noir ou autre sans aucun insigne, parfois affublés de casques de motos dépareillés, ou de bandeaux leur cachant une partie du visage. Leur entraînement est visible.

C'est au point que j'ai été personnellement témoin d'une scène amusante. C'était à Nantes, précisément place du Cirque. Un groupe de ce genre, ils étaient une vingtaine avec des tenues diverses, mais tous des casques de différentes couleurs, marchait sur le cours des Cinquante Otages. Les jeunes, de leur côté, étaient en manif depuis le matin aux alentours de 10 heures, et se trouvaient alors à quelques centaines de mètres. Il était 19 heures. Soudain, sans doute sur un ordre discret, cette vingtaine d'homme s'est mise à courir au pas cadencé (j'insiste bien là-dessus) et s'est engouffrée à toute allure dans un de ces petits cars de CRS blancs à bandes bleues.  Le véhicule a démarré en direction de la rue de Feltre, très vite. Le tout n'a duré que quelques secondes.

Je ne sais pas ce que peut penser Monsieur Fillon de ces choses-là. Certes, il est évident que, dans la foulée, des petites frappes s'amusent à casser.  Mais ils ne présentent pas cet aspect professionnel, déterminé, "aux ordres" auquel on assiste le plus souvent.

Il a toujours été admis que la maréchaussée ou ses équivalents profite de troubles ou de colères pour en rajouter grâce à des têtes brûlées qu'elle lance "au combat" afin de discréditer les manifestants. C'est en quelque sorte "la règle du jeu", et tout le monde en est conscient. Que cela devienne aussi systématique, avec des hommes dont on craint qu'ils ne soient "des deux côtés de la barrière" à la fois, et en même temps des forces de l'ordre manœuvrant afin de piéger, de diviser, de maltraiter de plus en plus violemment de simples manifestants sans défense, ne peut manquer d'inquiéter pour la suite.

Histoire de finir sur une note humoristique, cela ferait presque penser à cette chanson, qui parle de ce qui se passe "par derrière, ou par devant".



.

vendredi 13 mai 2016

Ethique et parti socialiste : sanctionner les vrais fautifs

On apprend par une dépêche de l'AFP que Jean-Christophe Cambalélis, actuel secrétaire du parti dit "socialiste", aurait saisi la Haute autorité du parti, à propos des vingt-quatre députés élus sous cette étiquette qui ont organisé la motion de censure "de gauche".  En fait, qui ont fait leur boulot. Pour rappel, il fallait 58 signatures, ils n'ont pu en obtenir que 56. Cette motion ne put donc pas être officiellement présentée.

Nous le peuple, devons traîner les non-dissidents devant le Tribunal du Peuple, pour avoir jeté dans la boue le mot "socialiste" fièrement porté par Jaurès et d'autres grandes figures. Ce sont les parlementaires inféodés au gouvernement et aux pressions de leur hiérarchie, elle-même prisonnière de...  qui sans aucun doute sont la cause de tous nos maux, à égalité totale avec leurs pendants de la droite assumée.

Ce sont donc ceux-là, tous les autres, qu'il convient de "vider", pour avoir failli à leurs devoirs de socialistes. Ne pas se tromper d'adversaires, surtout. En particulier, notre adversaire est aussi l'article 27 de la constitution de 1958 : celui-là n'a jamais été modifié, tiens donc !

Article 27
Tout mandat impératif est nul.
Le droit de vote des membres du Parlement est personnel.
La loi organique peut autoriser exceptionnellement la délégation de vote. Dans ce cas, nul ne peut recevoir délégation de plus d'un mandat.

Il va donc falloir continuer à se battre, pour que les vrais COUPABLES reçoivent leur châtiment.

Il va donc falloir continuer à se battre pour créer une nouvelle Constitution, donc d'abord une nouvelle Constituante issue cette fois du peuple. Une Constitution où l'équivalent de l'article 27 alinéa UN n'existera pas, ce qui permettra par simple pétition d'évincer un représentant qui a fauté dans l'exercice de son mandat.

Il va donc falloir continuer à créer les conditions pour que le Peuple Souverain expulse l'union européenne et l'otan du processus de décision nous concernant tous. Sortie de ces organes tentaculaires ET Constituante sont un même vœu, car le Peuple ne pourra pas écrire via ses représentants à l'assemblée constituante une Constitution libre sans la sortie.  Il faut que ce soit bien clair. Cela veut dire bien entendu bâillonner les patrons des organes de presse et d'information, figures éminentes du Capitalisme Mondialiste. C'est ce que n'ont pas fait Maduro et Rousseff, pour leur plus grand désagrément.



jeudi 12 mai 2016

MOTION DE CENSURE CITOYENNE

Une "motion de censure citoyenne" vient d'être lancée sur le Net

 Plus de détails ici :
http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20160512.AFP4935/contre-le-49-3-une-motion-de-censure-citoyenne-lancee-sur-internet.html


L'adresse pour s'y rendre est : http://motiondecensure.fr

 En voici le texte :


MOTION


Depuis des mois, nous sommes des millions à exprimer notre opposition et notre colère face au projet de loi "travail".
Nous ne voulons pas d’un texte qui facilite les licenciements, permette de contourner la loi dans les entreprises pour abîmer nos conditions de travail et menace notre vie quotidienne.
Le Gouvernement n’a pas de majorité pour voter cette loi, ni dans le pays, ni à l’Assemblée. Il a décidé de passer en force, en utilisant une anomalie démocratique, l’article 49.3 de la Constitution.
Ce Gouvernement n’a plus la confiance des salarié.e.s. Il n’a plus notre confiance.
En ajoutant mon nom à ce texte, je le censure.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

Je me permettrai d'aller plus loin.

Ce n'est pas pour rien que le 31 mars 2012 j'ai écrit à François Hollande pour lui suggérer de se désister IMMÉDIATEMENT avant le premier tour pour Jean-Luc Mélenchon, qui était par rapport à lui largement un moindre mal.  Il m'avait d'ailleurs répondu, à sa manière, donc sans répondre.

Depuis le début de ce quinquennat je n'ai donc AUCUNE confiance en cet homme, ni en ceux qu'il a appelés au Pouvoir. Hélas, si c'est possible, la suite des évènements s'est révélée encore bien pire que ce qu'on pouvait imaginer, les faits en sont là.

Cet homme, en pensée je le censure tous les jours, ainsi que tout l'appareil gouvernemental, sociétal, féodal. Je joins donc ma voix aux autres, ou plus exactement ce sont les autres qui se joignent à la mienne.

Que tombent les dictateurs, que tombent les tyrans, y compris financiers, ceux qui "murmurent à l'oreille des chevaux" du gouvernement et du parlement. 

Nous nous dresserons alors d'une seule voix pour mettre à la porte l'union européenne et l'otan, pour commencer. Le Peuple Souverain n'est en rien lié par les magouilles parlementaires comme celle du 4 février 2008.

Président, c'est foutu, tu as mis Marianne à la rue, désormais elle est DANS la rue avec ses défenseurs, et c'est toi qu devras partir pour ne plus revenir, ni toi ni "tes frères" de la pseudo-opposition.

Notre-Dame des Landes : "un four" pour y griller la démocratie

Notre Dame des Landes. D'autorité, l'État a décidé de lancer un référendum. D'autorité, et contre toute logique sauf la sienne, il entend le limiter au département de la Loire-Atlantique.

A l'approche d'une "consultation" (c'est maintenant le nom officiel, ce n'est plus un référendum) dont les modalités sont encore floues, bien des question se posent, et doivent se poser.

C'est pourquoi, parmi les nombreuses fiches thématiques rédigées par les Ateliers Citoyens, donc les personnes concernées elles-mêmes, mais aussi des experts reconnus, mais ayant accepté de s'y prêter bénévolement, je propose ici la fiche 20. Elle me paraît exemplaire de tout le dossier, dont je rappelle que ses prémisses datent de cinquante ans. Cette fiche, comme les autres, est accessible à tous sur le site de l'ACIPA.

Merci de répercuter vers le maximum de personnes les éléments de réflexion, et de décision si vous avez "la chance" d'habiter la Loire-Atlantique.

( "un four" : prendre ce terme dans le sens de ces spectacles ratés, à oublier très vite)


-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-
 

Fiche n°20 : La comparaison entre Nantes Atlantique et Notre Dame des Landes

Publié dans Fiches thématiques
Nantes Atlantique ? Notre Dame des Landes ? La comparaison des deux solutions selon de nombreux critères est à l’avantage de Nantes Atlantique. À la veille de la consultation du 26 juin 2016, des questions importantes relatives au projet lui-même et à ses conséquences ne sont pas tranchées.

 
« Conserver Nantes Atlantique »
« Construire Notre Dame des Landes »
Capacité
de l'aérogare
Actuellement conçue pour 4 M passagers, l'aérogare peut être agrandie, progressivement en fonction de l'évolution du trafic. Elle peut évoluer sans problèmes jusqu'à 9 M passagers. Prévu au départ pour 4,5 M passagers, le projet doit être revu. Il pourra évoluer jusqu'à 9 M passagers. L'aérogare prévue pour 4,5 M de passagers offre des surfaces de service aux passagers plus petites et moins d'équipements que l'aéroport actuel (4 M), seules les zones commerciales sont agrandies.
Capacité de la piste Le trafic actuel est modeste, 49 000 mouvements commerciaux. Sur une piste équivalente, Genève compte 189 000 mouvements en 2015 (15,8 M passagers). Sur la plupart des aéroports régionaux de cette taille, l’aviation légère n’est pas autorisée alors qu’elle l’est toujours à NA. Une seule piste (de 2900 m comme à NA) suffit. Le projet devrait être revu : piste + taxiway au lieu des deux pistes prévues.
Bruit Le plan de gêne sonore actuel concerne 5000 habitants. A Toulouse c’est 56 000 et l’Etat a renoncé à transférer l’aéroport. Avec les nouveaux appareils et des changements de procédures, les zones impactées par le bruit aérien diminuent. A Nantes, l’Etat refuse d’actualiser le PGS et les cartes de bruit aérien du site de Nantes métropole, pour cacher cette réduction. Il refuse d’actualiser les procédures et d’installer des équipements nécessaires. Le plan de gêne sonore du nouvel aéroport ne concernerait qu’une centaine d’habitants. Le nombre d’habitants qui seraient soumis à un nouveau bruit routier du fait de la création du barreau routier et des aménagements des voiries n’a pas été chiffré.
Sécurité Pas de problème particulier. Nantes Atlantique est classé dans la catégorie A, aucune particularité, par la Direction Générale de l’Aviation Civile, contrairement à d’autres aéroports comme ceux de Strasbourg et de Marseille (B, particularité de relief ou risque inhabituel) où il y a aussi survol de la ville. Pas de problème particulier à NDL, mis à part les brouillards fréquents.
Certaines des trajectoires prévues survolent les sites Seveso de Saint-Nazaire.
Facilité d'accès NA est proche du périphérique nantais et relié au centre de Nantes par une navette (25 minutes). Un transport collectif sera créé en cas de maintien (tramway à 1,5 km, voie ferrée devant l'aérogare). Il y a de nombreuses alternatives low cost aux parkings plus ou moins couteux de l’aéroport. En moyenne, NDL s’éloigne de sa clientèle régulière et se rapproche de sa clientèle loisirs. Il devait y avoir dès l’ouverture un transport collectif performant mais, compte tenu de l'état des finances publiques, ce ne sera pas le cas, seul un service de car (50 minutes) est prévu. 7 500 places de parkings coûteuses sont prévues.
Coût pour la collectivité La rénovation de la plateforme est à la charge du concessionnaire. Les collectivités locales supporteraient le coût de la prolongation du tramway (47 M euros) ou de la rénovation de la ligne ferroviaire (35 M maximum + fonctionnement). Sur les 571 M euros (HT actualisation 2016) d’investissement initial, 280 sont de l’argent public (Etat et collectivités). Les collectivités locales pourraient voir leur participation s’envoler : gestion de piste à NA, tram-train, voire un pont sur la Loire.
Le coût du projet est largement sous-estimé. L’aéroport de Ciudad Real (une piste), construit  en Espagne en 2006 a coûté 1 milliard d’euros.
Ouverture au monde L’aéroport de Nantes Atlantique est déjà un aéroport international : plus d’une vingtaine de pays desservis depuis Nantes et près de 90 destinations, essentiellement à l’international. La clientèle régulière (déplacements professionnels), habite dans l’ensemble plus près de NA que de NDL. NDL ne proposera pas plus de destinations. Si les tarifs aéroportuaires sont plus élevés (pour rembourser l’endettement), des compagnies low cost risquent de s’installer ailleurs.
Développement économique Les régions Pays de la Loire et Bretagne sont plus dynamiques que la moyenne avec les infrastructures existantes. Les améliorations à apporter portent sur plus de transport ferroviaire pour les déplacements quotidiens, un désengorgement des voies embouteillées comme le périphérique nantais.
La principale zone économique du sud Loire, D2A, bénéficie de la proximité de l’aéroport. L’IRT Jules Verne peut se développer, la proximité de l’aéroport est un atout.
La construction de NDL apportera de l’activité au BTP mais une destruction d’activité agricole et le reste de l’économie ne sera pas gagnant : plus d’embouteillages avec le transfert de 2 000 salariés du sud au nord de Nantes, aggravation du déficit d’emplois au sud Loire, trajets plus longs pour rejoindre l’aéroport pour la majorité de la clientèle régulière, parkings plus chers…taxes d’aéroport plus couteuses Yves Crozet, directeur du laboratoire d’économie des transports : « les infrastructures de transport n’apportent pas en général de surcroît d’activité économique ».
Emplois Maintien des emplois de NA.
Croissance de l’emploi de NA si croissance du trafic.
Maintien des emplois agricoles et liés de NDL.
Des emplois de rénovation pendant 2 ans (entreprises locales).
  > Transfert et réduction des emplois de NA vers NDL plus optimisé (environ 350 emplois de moins).
> Croissance de l’emploi de NDL si croissance du trafic. > Destruction des emplois agricoles et liés de NDL.
> Des emplois de chantier pendant 4 ans (surtout travailleurs déplacés des pays à faibles salaires).
> Des risques pour Airbus.
> Des risques pour les autres aéroports de l’Ouest.
Agriculture Maintien de l’agriculture à NDL Destruction d’un des principaux bassins laitiers, près de 1 000 ha de terres agricoles détruits (le double si LGV), au minimum 200 emplois détruits.  mitage urbain prévisible  lié à l’implantation des nouveaux habitants La Loire Atlantique doit, plus que d’autres départements, freiner l’artificialisation de ses terres.
Impact sur l’environnement Conserver NA permet à la fois de continuer à protéger le lac de Grand-Lieu de l’urbanisation et de conserver au nord de Nantes une zone humide très importante, en tête de deux bassins versants, réservoir de biodiversité hébergeant de nombreuses espèces protégées.
Même s’il fallait prolonger la piste de 60m au sud, il n’y aurait pas d’impact environnemental sur le lac de Grand-Lieu et ses abords.
Du point de vue des enjeux du climat, la rénovation de l’aérogare la rendra plus économe en énergie et réduira ses émissions de gaz à effet de serre.
  • Destruction d’une zone humide très importante, en tête de deux bassins versants, réservoir de biodiversité, et de nombreuses espèces protégées.
  • Risque d’inondations. La méthode de compensation proposée a été invalidée par les experts nommés par le gouvernement.
  • Au sud, menace pour le lac de Grand-Lieu : les terrains devraient rester non constructibles (contraire aux vœux de la municipalité).
  • Du point de vue des enjeux du climat, la construction de la plateforme représente 110 années d’émissions  de GES en phase d’exploitation ; davantage de CO2 émis par les voitures (trajets plus longs).

Questions non résolues - Conserver et rénover Nantes Atlantique :
La question du bruit aérien : les nuisances sonores affecteront-elles à l’avenir d’avantage de population ? Le nombre de mouvements d’avions devra-t-il être plafonné à 56 000 afin de ne pas entrainer de contraintes urbanistiques sur l’Ile de Nantes ?
La question du coût de réaménagement : la piste doit-elle être totalement démolie puis reconstruite (version DGAC 2013) ou bien un resurfaçage associé à des mises en conformité suffit-il (version DGAC 2006 et Atelier citoyen) ? Le coût de réaménagement en dépend, même si ce coût est dans les deux cas inférieur au coût de construction de NDL.

Ces deux questions techniques devraient être éclairées par une expertise vraiment indépendante; la mission CGEDD d’avril 2016 demande d’ailleurs une « tierce expertise » sur ces deux points.

Questions non résolues - Construire Notre Dame des Landes :
Combien de pistes ? L’aéroport était prévu avec deux pistes, il est maintenant recommandé avec une seule piste.
Que deviendra la piste actuelle de Nantes Atlantique ?
- Si elle est conservée comme Airbus l’a demandé :
  • qui paye pour son fonctionnement ? Jusqu’à présent seul le CD 44 a dit qu’il participerait (mais c’est désormais hors de son champ de compétences);
  • l’aviation légère restera-t-elle sur cette piste ? (souvent pénible pour les riverains)
  • quels autres vols y accèderaient ? les avions détournés de NDL à cause du brouillard ?

- Si elle n’est pas conservée :
  • le coût de sa démolition est-il intégré au budget de NDL ?
  • quelles garanties seront données aux salariés d’Airbus et de ses sous-traitants quant à la pérennité de l’établissement à Bouguenais ?
  • où relocaliser les 16 000 mouvements de  l’aviation légère ? À NDL ?

Que deviendront les autres aéroports de l’Ouest ? à cette question récurrente, toujours pas de réponse.

Mise à jour du 1/05/2016