Rechercher dans ce blog

Chargement...

vendredi 27 février 2015

Damas : dénonciation de l'État larbin par NOS représentants

Le sommet de l'exécutif français fustige des parlementaires, au point que l'hôte de Matignon dénonce qu'ils "aient ainsi, sans crier gare, rencontré un boucher", "je crois que c'est une faute morale". Pensez donc, quatre d'entre eux se sont rendus à Damas pour y prendre le pouls !

Depuis longtemps, plusieurs années, la diplomatie française n'existe plus. Elle n'est qu'une resucée de celle de Washington et/ou Tel Aviv. C'est-à dire qu'elle ne représente plus que quelques banquiers, quelques industriels internationaux, mais en rien les intérêts de notre pays. En rien. On dirait même qu'elle prend un malin plaisir à les bafouer.

Dans ces conditions-là, on comprend un peu mieux pourquoi cette intelligente initiative privée de représentants du peuple conséquents avec leur mission met en porte-à-faux une stratégie du néant. Cette initiative est une façon d'accuser le sommet de l'État de trahir tous ses devoirs au nom d'intérêts extérieurs et glauques. Le crime de haute trahison a été expurgé du code pénal ? C'est une façon intelligente de le faire rentrer par la fenêtre. De gré ou de force, le débat revient sur la scène publique.

Messieurs les parlementaires *, je vous salue.

=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=

* Il s'agit de deux sénateurs - l'UMP Jean-Pierre Vial, le centriste François Zocchetto - et deux députés - l'UMP Jacques Myard, le PS Gérard Bapt.

dimanche 22 février 2015

France, Europe, monde : le commencement, ou la fin ?

Mauris Dwaabala apporte une belle critique mesurée et en demi-teinte des déclarations habituelles de Jean-Luc Mélenchon.  Je ne peux que l'approuver.




 















Dit autrement, rien de changé : notre ennemi est à la City de Londres. On l'a démontré ailleurs, tout ce PROFIT qui s'écoule de nos plaies vers des paradis fiscaux de multiples façons, aboutit en fin de compte dans ce quadrilatère grand comme l'île de Bréhat, sauf qu'il compte presque autant de banques que l'île a d'habitants. La City, qui politiquement ne rend de comptes à personne, pas même le souverain de Grande-Bretagne, redistribue cette manne sous forme de trafics d'influence divers, et reste maître du Jeu.

Oui, c'est toujours le Grand Jeu de Kipling, et plus que jamais il est d'actualité douloureuse et effrayante. William Pitt est toujours là, que ce soit dans les couloirs de la Maison Blanche ou ceux de Downing Street. Les mêmes le conseillent, eux ou leurs descendants. Ce sont les mêmes familles, une dizaine tout au plus.

Les autres, les Merkel, Hollande, Juncker, ne sont que les laquais non lobotomisés, mais subjugués. JLM ne le verrait-il pas ? Serait-il contaminé ?



Le seul salut est dans la sortie de cette nasse, voulue par le Peuple : ni UE, ni FMI, ni BM, ni OTAN bien entendu, ni OMC, et retour vers le salut que peut constituer la Charte de La Havane s'appuyant sur la Déclaration de Cocoyoc. Déjà les pays d'Amérique Latine seront prêts à cette solution, et certainement d'autres pays d'Europe y adhèreront avec joie dès qu'ils auront bouté les actuels contremaîtres ou contremaîtresses qui les oppriment. Nul doute que les BRICS s'y associeront, au moins, voire y adhèreront à leur tour.

Sauf si, entretemps, le seul pays qui a osé (deux fois) allumer le soleil de mort récidive, plongeant notre planète dans le néant.  Ne nous reste-t-il plus que quelques semaines à vivre ?

samedi 24 janvier 2015

Espagne totalitaire? La lettre qui brise le silence (RTBF, A. Glaudot)

En France, les jours futurs de la liberté de la Presse (ou plus exactement des journalistes) apparaissent comme sombres. Internet est plus que jamais surveillé sous de pieux prétextes. Peu de gens réagissent, en fait. Cela peut conduire au pire.

Mais en fait, l'Espagne se dirige à grands pas vers les mêmes dérives, voire pire. Je répercute ici un cri d'alarme  posté sur RTBF......


-:-:-:-:-:-:-:-:-:--:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-


Espagne totalitaire? La lettre qui brise le silence

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_espagne-totalitaire-la-lettre-qui-brise-le-silence?id=8786648

SOCIETE | vendredi 16 janvier 2015 à 14h26
Le gouvernement de Mario Rajoy avec son nouveau projet législatif de "Sécurité citoyenne", a pour intention d'en finir avec les manifestations et contestations qu'il considère comme dangereuses. Dans une lettre initialement adressée à des journalistes suédois, Astrid Menasanch Tobieson, dramaturge, dénonce les dérives totalitaires de ce gouvernement et appelle les journalistes à briser le silence.

L'Espagne vers une démocratie totalitaire? "Brisons le silence" - CRISTINA QUICLER - BELGAIMAGE

Mots clés


"Bouleversée, je vous écris sous le coup de l’indignation", commence la lettre de la jeune femme.

"Le 19 novembre , le gouvernement espagnol a approuvé un projet de loi dont le but est d’en finir avec les manifestations et les contestations au régime actuel. La méthode est classique : instaurer le silence grâce à la répression."
L'Espagne, un pays qui serait selon elle tombé dans une crise sans précédent. Elle prend pour exemples l'affaiblissement du réseau de protection social, la privatisation des théâtres, les tentatives de privatisation des hôpitaux, les licenciements innombrables, les familles chassées de leur domicile, l'éducation civique suspendue dans les écoles et la réforme du droit à l'avortement. 

Des amendes entre 100 et 600 000 euros

Mais ce qui semble ébranler d'autant plus Astrid Menasanch Tobieson c'est la proposition de loi sur la "Sécurité citoyenne". Une proposition contenant 55 articles punissant les manifestants d'amendes allant de 100 à 600 0000 euros. Ainsi, cette loi sanctionnera toutes manifestations non-déclarées en rue et sur les réseaux sociaux: "se rassembler en tant que groupe sur Internet, autour d’une opinion, sera sanctionné de 30 000 euros."

Ce n'est pas tout, déshonorer le drapeau espagnol, utiliser des pancartes critiquant la nation espagnol, réaliser un dessin satirique prenant pour sujet un politique, filmer ou photographier un policier en service, sera  formellement interdit et accompagné d'une amende de 30 000 euros. Et la liste n'est pas exhaustive.

"Cette loi néofasciste qui va être votée n’est pas sans lien avec la montée des fascismes en Europe. Cela nous concerne tous."

Elle termine en s'adressant à tous les journalistes: Je vous demande sincèrement de briser le silence vis-à-vis du régime qui est en train de s’imposer en Espagne.Je vous demande de commencer à informer. Je vous demande de soutenir la liberté d’expression avec vos articles et vos apports au débat, je vous demande d’y apporter des analyses rigoureuses et profondes."

A. Glaudot

dimanche 18 janvier 2015

Le jour du saigneur © et autres fortes pensées (libres)

On rencontre parfois des dialogues, entre des croyants (en quelque chose, quelqu'un, etc), et des non-croyants, agnostiques, athées, et autre qualificatifs. Heureusement, dans notre beau pays, cela est possible. Dans d'autres la non-croyance est simplement punie de mort au nom de je ne sais quoi.
Pour ma part, il y a plus de quarante ans que j'ai rayé tout simplement le verbe "croire" de mon vocabulaire. Donc :
- soit quelque chose est prouvé
- soit une démonstration affirme que ce n'est prouvé en rien.
- soit je hasarde une hypothèse, qui un jour se classera dans l'une des deux premières catégories.
Quant à l'existence de Dieu (ou toute autre orthographe se rapportant au même truc), elle ne me concerne en rien puisque je ne crois en rien. Pas même une hypothèse, comme aurait précisé Laplace.
- Mais tu crois bien en L'HUMAIN ?
- Je constate qu'il y a des humains, changeants et tous différents, qu'on peut classer sans aucun jugement de "valeur" dans la catégorie "humanité", puisque ce ne sont ni des chiens, ni des chats, ni des kangourous. Le truc maintenant est de vivre ensemble de la façon la plus adéquate possible.
Croyant ou pas, un autre humain est donc mon frère en existence. Les choses étant ce qu'elles sont, on peut s'entendre, ou pas. "Les goûts et les couleurs"..... de plus je suis daltonien, alors je comprends fort bien la relativité de ces choses-là.
C'est pourquoi je considère comme particulièrement horrible que des personnes probablement frustrées veuillent compenser cette frustration par une pulsion à dominer d'autres personnes, par la coercition, par l'argent (souvent les deux à la fois). Pour rappel une personne c'est un humain vivant en société (même une communauté de trappistes est une société, même si les dialogues y tournent court). Les personnes sont toutes, oui, toutes différentes, mais aucune ne peut se prévaloir d'un supposé "avantage" en intelligence ou en force physique, ou autre. Et aucune ne peut être classée parmi les Untermenschen, parce qu'elle est plus fluette, ou que son intelligence s'est développée d'une façon moins spectaculaire que chez d'autres.

Donc, tous les humains, toutes les personnes vivent sous le ciel (le bleu, pas celui auquel certains ont mis une majuscule).  Quant aux couleurs de peau, elles varient insensiblement de l'un(e) à l'autre, les catégoriser serait vouloir revenir sur l'égalité qui nous caractérise tous.

Le piège incessant, vient de ces frustrés cités plus haut, qui se prévalent d'un ensemble d'idées pour se considérer comme "le chef", "le roi", "le prêtre", ou pire "le politicien" qui change de système d'idées comme de sous-vêtements. Il ne faut jamais oublier que "les dieux", avec ou sans majuscule, ont simplement été inventés par commodité par des hommes à qui cela donnait un ascendant sur de plus crédules qu'eux.

Les groupements qui m'intriguent le plus, sont ces "chapelles" d'humains souvent intelligents, aisés, qui se réunissent dans des convents discrets (il faut payer pour y parvenir) où ils discutent gravement de l'avenir du monde, entourés par un rituel très élaboré. Est-ce besoin de Pouvoir, crédulité, besoin de se frotter à d'autres, de briller à l'occasion d'exposés (on les appelle "des planches" il me semble), de se distinguer du reste des humains ?  Il est amusant d'ailleurs de les comparer, y compris souvent pour le costume, à des volatiles pas manchots.....

















jeudi 15 janvier 2015

Unité nationale, quelle unité nationale ?

Une part de nos concitoyens se découvrent soudain une unité nationale. Du moins ce sont une partie de ceux qui sont chargés de pondre des journaux, de causer dans le poste, ou de promener écharpes ou maroquins qui l'affirment.

Veut-on parler de celle que préconisent, plus ou moins en creux, des politiciens opportunistes, des haineux de tout ce qui n'est pas eux-mêmes ? Il s'agit alors d'une unité CONTRE d'autres, un ramassis de vindictes xénophobes et négatives.

Veut-on parler de celle qui a forgé le vrai peuple français, "melting pot" sans le mot d'apports très divers et continus de citoyens ? Ceux-là ont forgé un vivre-ensemble dans une relative égalité - malgré des hiérarchies - face à un Œuvre commun que préfigura déjà l'alliance (en 1214) entre les troupes royales et des milices communales. Ce fut la réussite de Bouvines. Celle-ci gêne considérablement les banquiers, les pontes des religions, les politiciens ayant besoin de diviser pour régner.

On l'aura compris : celle qui est bramée à longueurs de journaux télévisés à propos d'un évènement atroce n'est qu'un moyen de propagande d'oligarques en mal de consensus en leur faveur, qui désespérément tentent de rallier à eux quelques personnes un peu plus naïves ou affaiblies par les aléas de la vie. On peut faire confiance au vrai peuple français pour ne pas se laisser manipuler ainsi. Car le peuple, c'est la Nation, et bien qu'on le lui cache avec soin, le souverain de cette contrée, c'est lui. Pas des édiles formés à Washington, financés par des tyrans cruels dont la chape de plomb sur les populations musulmanes est horrible et barbare, manipulés par des penseurs autoproclamés aux motivations plus que douteuses.

L'unité nationale, nous la retrouverons pleinement, quand un élan de patriotisme expulsera les banquiers et leurs intéressés amis, et rendra au Peuple sa souveraineté ET les rênes de la Nation. Des liens se tissent, informels et amicaux, hors de toute structure officielle. Un jour, ces liens feront la différence malgré la dure propagande omniprésente. Il ne saurait en être autrement, malgré de pathétiques TINA basés sur le non-sens du capitalisme. Ce jour-là, Warren Buffet aura perdu, du moins en France, l'objet de sa phrase. C'est la classe des dominés qui aura gagné. Il leur suffit de se rendre compte de cette domination, et cela peut venir en un déclic.

Ils ont la force, nous sommes le DROIT. Ils ont des millions, nous sommes des millions.
"Le Peuple souverain s'avance
Tyrans, descendez au cercueil"

lundi 12 janvier 2015

J'ai raté la marche......

(de retour d'un déplacement où j'étais.... à Paris)

Je ne suis pas Charlie. Ceux qui l’ont quitté (de force) n’auraient pas aimé, ceux qui restent n’aiment pas non plus. Charlie vit sa vie envers et contre tous. Et surtout contre ceux, chefs d’États et autres, qui ont défilé « en son honneur », en une récupération sur laquelle on ne s’étendra pas. En même temps « la liberté d’expression » n’a jamais été autant attaquée que par la loi juste votée.

Vous, les copains qui n’êtes plus là, vous êtes partis à temps….

Soyons provoc,un peu, nous aussi......





jeudi 8 janvier 2015

Charlie Hebdo - suite - l'avis de Thierry Meyssan

Je me permets de reprendre ici un article d'un homme que certains qualifient de sulfureux, parce qu'il gêne LEUR action, et qu'il est très clairvoyant. Merci à Thierry Meyssan. Nos hypothèses (car ce ne sont que des hypothèses) sont fort proches.

Qui a commandité l’attentat contre Charlie Hebdo ? (par Thierry Meyssan)

Alors que de nombreux Français réagissent à l’attentat commis contre Charlie Hebdo en dénonçant l’islamisme et en manifestant dans les rues, Thierry Meyssan souligne que l’interprétation jihadiste est impossible. Alors qu’il aurait tout intérêt à dénoncer lui aussi une opération d’Al-Qaïda ou de Daesh, il envisage une autre hypothèse, beaucoup plus dangereuse.

Le 7 janvier 2015, un commando a fait irruption, à Paris, dans les locaux de Charlie Hebdo et a assassiné 12 personnes. 4 autres victimes sont toujours dans un état grave.

Sur les vidéos, on entend les assaillants crier « Allah Akbar ! », puis qu’ils ont « vengé Mahomet ». Un témoin, la dessinatrice Coco, a affirmé qu’ils se réclamaient d’al-Qaïda. Il n’en a fallu pas plus pour que de nombreux Français dénoncent un attentat islamiste.
Or, cette hypothèse est illogique.

La mission de ce commando n’a pas de lien avec l’idéologie jihadiste

En effet, des membres ou des sympathisants des Frères musulmans, d’al-Qaïda ou de Daesh ne se seraient pas contentés de tuer des dessinateurs athées, ils auraient d’abord détruit les archives du journal sous leurs yeux, sur le modèle de ce qu’ils ont fait dans la totalité de leurs actions au Maghreb et au Levant. Pour des jihadistes, le premier devoir c’est de détruire les objets qui, selon eux, offensent Dieu, puis de punir les « ennemis de Dieu ».

De même, ils ne se seraient pas immédiatement repliés, fuyant la police, sans avoir achevé leur mission. Ils auraient au contraire terminé leur mission, dussent-ils mourir sur place.

Par ailleurs, les vidéos et certains témoignages montrent que les assaillants sont des professionnels. Ils avaient l’habitude de manier leurs armes et n’ont tiré qu’à bon escient. Ils n’étaient pas vêtus à la mode des jihadistes, mais comme des commandos militaires.

La manière dont ils ont exécuté au sol un policier blessé, qui ne représentait aucun danger pour eux, atteste que leur mission n’était pas de « venger Mahomet » de l’humour gras de Charlie Hebdo.

Cette opération vise à créer le début d’une guerre civile

Le fait que les assaillants parlent bien le français, et qu’ils soient probablement Français, ne permet pas de conclure que cet attentat est un épisode franco-français. Au contraire, le fait qu’ils soient professionnels contraint à les distinguer de possibles commanditaires. Et rien ne prouve que ces derniers soient des Français.

C’est un réflexe normal, mais intellectuellement erroné, de considérer lorsque l’on vient d’être attaqué que l’on connaît ses agresseurs. C’est le plus logique lorsqu’il s’agit de criminalité normale, mais c’est faux lorsqu’il s’agit de politique internationale.

Les commanditaires de cet attentat savaient qu’il provoquerait une fracture entre les Français musulmans et les Français non-musulmans. Charlie Hebdo s’était spécialisé dans des provocations anti-musulmanes et la plupart des musulmans de France en ont été directement ou indirectement victimes. Si les musulmans de France condamneront sans aucun doute cet attentat, il leur sera difficile d’éprouver autant de peine pour les victimes que les lecteurs du journal. Cette situation sera perçue par certains comme une complicité avec les meurtriers.

C’est pourquoi, plutôt que de considérer cet attentat extrêmement meurtrier comme une vengeance islamiste contre le journal qui publia les caricatures de Mahomet et multiplia les "unes" anti-musulmanes, il serait plus logique d’envisager qu’il soit le premier épisode d’un processus visant à créer une situation de guerre civile.

La stratégie du « choc des civilisation » a été conçue à Tel-Aviv et à Washington

L’idéologie et la stratégie des Frères musulmans, d’Al-Qaïda et de Daesh ne préconise pas de créer de guerre civile en « Occident », mais au contraire de la créer en « Orient » et de séparer hermétiquement les deux mondes. Jamais Saïd Qotb, ni aucun de ses successeurs, n’ont appelé à provoquer d’affrontement entre les musulmans et les non-musulmans chez ces derniers.

Au contraire, la stratégie du « choc des civilisations » a été formulée par Bernard Lewis pour le Conseil de sécurité nationale états-unien, puis vulgarisée par Samuel Huntington non plus comme une stratégie de conquête, mais comme une situation prévisible. Elle visait à persuader les populations membres de l’Otan d’un affrontement inévitable qui prit préventivement la forme de la « guerre au terrorisme ».

Ce n’est pas au Caire, à Riyad ou à Kaboul que l’on prône le « choc des civilisations », mais à Washington et à Tel-Aviv.

Les commanditaires de l’attentat contre Charlie Hebdo n’ont pas cherché à satisfaire des jihadistes ou des talibans, mais des néo-conservateurs ou des faucons libéraux.

N’oublions pas les précédents historiques

Nous devons nous souvenir qu’au cours des dernières années, nous avons vu les services spéciaux états-uniens ou de l’Otan
- tester en France les effets dévastateurs de certaines drogues sur des populations civiles;
- soutenir l’OAS pour tenter d’assassiner le président Charles De Gaulle;
- procéder à des attentats sous faux drapeau, contre des civils, dans plusieurs États membres de l’Otan.

Nous devons nous souvenir que, depuis le démembrement de la Yougoslavie, l’état-major états-unien a expérimenté et mis en pratique dans de très nombreux pays sa stratégie des « combats de chiens ». Elle consiste à tuer des membres de la communauté majoritaire, puis des membres des minorités en renvoyant les responsabilités dos-à-dos jusqu’à ce que chacun soit convaincu d’être en danger de mort. C’est de cette manière que Washington a provoqué la guerre civile aussi bien en Yougoslavie que dernièrement en Ukraine.

Les Français seraient bien avisés de se souvenir également que ce ne sont pas eux qui ont pris l’initiative de la lutte contre les jihadistes revenant de Syrie et d’Irak. À ce jour d’ailleurs, aucun d’entre eux n’a commis le moindre attentat en France, le cas de Mehdi Nemmouche n’étant pas celui d’un terroriste solitaire, mais d’un agent chargé d’exécuter à Bruxelles deux agents du Mossad. C’est Washington qui a convoqué, le 6 février 2014, les ministres de l’Intérieur de l’Allemagne, des États-Unis, de la France (M. Valls s’est fait représenté), de l’Italie, de la Pologne et du Royaume-Uni pour faire du retour des jihadistes européens une question de Sécurité nationale. Ce n’est qu’après cette réunion que la presse française a abordé ce sujet, puis que les autorités ont commencé à réagir.

Nous ignorons qui a commandité cette opération professionnelle contre Charlie Hebdo, mais nous ne devrions pas nous emballer. Nous devrions considérer toutes les hypothèses et admettre, qu’à ce stade, son but le plus probable est de nous diviser ; et ses commanditaires les plus probables sont à Washington.

Thierry Meyssan


Source(s) : Réseau Voltaire

mercredi 7 janvier 2015

Charlie Hebdo : un 11 septembre français ?

Vers onze heures trente, ce matin 7 janvier 2015, deux hommes puissamment armés attaquent la rédaction de Charlie Hebdo. La fusillade, qui commence comme une exécution,  laisse sur le pavé (provisoirement) douze personnes, sans compter quatre blessés dans un état désespéré. Trois autres au moins sont touchés. Parmi les victimes, deux policiers, mais aussi :
Charb (Bernard Charbonnier), directeur de la publication
Cabu (Jean Cabut)
Wolinski (Georges Wolinski)
Tignous (Bernard Verlhac)
Oncle Bernard (Bernard Maris)
Michel Renaud, fondateur de la biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand
Les autres noms ne sont pas encore connus.

Il a aussi été annoncé que 34 autres personnes ont été emmenées à l'hôpital, profondément choquées.

Deux faits ont été remarqués par les témoins, dont les dires se recoupent. Ces hommes armés au moins d'une Kalachnikov et d'un lance-roquette parlaient français très bien (on les a distinctement entendus annoncer "On va venger le prophète"), et s'avançaient très calmement, sachant exactement ce qu'ils faisaient, comme des pros.

Cela amène à se poser sérieusement la question : n'est-ce pas à nouveau une intervention "sous faux drapeau" commise par des mercenaires, comme il en a été dénoncées beaucoup ces temps-ci ? Un tel attentat ne peut que cristalliser des haines, et servir de prétexte aux autorités pour resserrer encore la vis sur TOUS les citoyens. C'est pourquoi, comme pour le 11 septembre 2001, il conviendra de prendre avec beaucoup de circonspection les déclaration "des Autorités".

Citoyens, en tout état de cause, nos libertés sont de plus en plus en danger. Mais surtout, ne pas se tromper d'agresseur.

Le dernier dessin de Charb : prémonitoire ?


samedi 27 décembre 2014

L'Armée va-t-elle sauver la Nation ? Valmy, au secours !

A tous les soldats portant l'uniforme français

En particulier aux plus gradés d'entre eux, les grands généraux héritiers des Leclerc et De Lattre, libérateurs de notre sol.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

L'armée, émanation de la Nation comme à Valmy, est le dernier rempart, le dernier espoir du peuple français.

Par des manipulations du code électoral, des politiciens "professionnels" ont réussi à obtenir que ceux qui devraient être les représentants du peuple ne sont plus que les esclaves de "partis politiques dominants". Ils sont bien trop liés grâce à des amitiés de réseaux  types Grandes Ecoles aux Grands Entrepreneurs bidons, ceux, sans aucune expérience de terrain, qui sont nommés par l'État ou par leurs pairs à la tête des multinationales, et en particulier des Banques. Sans qu'on puisse parler de Maffia, cela y ressemble beaucoup. Bien que cela y ressemble, rares sont ceux qui vont oser dénoncer cet état de fait. En effet, comme dans la Maffia l'omerta est générale, et les sanctions peuvent aller jusqu'à "des accidents". Les exemples ne manquent pas, tel celui de Robert Boulin, ou celui, moins mis en épingle à l'époque, de Jean-Edern Hallier ; ou encore de celui de François de Grossouvre.

Même, et peut-être surtout, la tête de l'État elle-même n'est pas épargnée par les manœuvres destinées à introniser le chéri des Grands, celui qui saura mener la politique qu'il faut pour ces Messieurs (les dames sont assez rares dans le milieu).

les pancartes de l'Occupation
Le résultat est que, dans un silence de mort, oui, de mort, la souveraineté, la légitimité, sont bradées aux intérêts atlantiques de quelques propriétaires de banques (une petite dizaine sur le monde entier) et, par ricochet, de l'administration washingtonienne.  L'actuel président va encore plus loin qu'un prédécesseur hautement décrié, avec raison, pour ses amitiés d'outre-Atlantique et leurs conséquences. Certes "l'actuel" est l'un des anciens "Young Leaders", cuvée 1996. Ce n'est pas sans incidence. Il a su s'entourer de quelques pions bien placés, aux mêmes objectifs et d'obédiences semblables. Il en résulte que, directement ou non, notre pays n'est plus qu'un satellite d'une puissance ô combien étrangère à toutes nos valeurs. Le réseau des préfets, choisis avec art, et trop souvent parmi des anciens de Science Po, correspond dans les faits à une sorte d'Occupation cachant sa présence et son évidence. De plus en plus, les publicités, les titres des vitrines, le langage des "journalistes" dénotent une volonté d'omniprésence d'une langue étrangère particulière, et hostile.

Où sont les conséquences ? Très graves, elles admettent non seulement que les choix économiques sont dictés par le Conseil Européen soutenu par la pléthorique Commission, mais aussi que les choix militaires sont aussi téléguidés par un autre organisme bruxellois, le SHAPE. Son chef est TOUJOURS un militaire aux ordres du Pentagone, ce qui démontre amplement l'effet "pinces de crabe" qui étreint les décisions.

Le Peuple français est le Seul Souverain, la seule source de légitimité. Il est urgent de rétablir cette priorité. Les hauts militaires français sont j'espère, conscients de cette préséance, et convaincus que leur seule allégeance va à la Nation, et non à des envahisseurs extérieurs. Dans l'honneur, ils refuseront d'aller combattre pour des intérêts de multinationales. Dans l'honneur, ils se cantonneront à défendre ceux qui, par leurs impôts, leur font confiance. Dans l'honneur, ils n'hésiteront pas à contribuer à écarter les ennemis de la Nation : parmi ceux-là, par des manœuvres perverses dans la législation, par des campagnes immenses de Propaganda soutenue par l'ensemble des médias appartenant aux Grands Possédants, figurent "des élus" dont tout porte à admettre qu'ils pratiquent chaque jour la Grande Trahison. Oui, même ceux-là devront être écartés. Qui pourrait le faire, sinon ceux qui possèdent la force, et qui pourraient agir en toute légitimité ?

Rappelons que de plus en plus, ceux qui se lèvent pour sauver ce qui peut encore l'être sont gravement attaqués par la Police (de Vichy ?) au nom de l'Ordre. La situation est grave, quand un jeune désarmé et plein d'empathie et de douceur est tué par un coup dans le dos....

mercredi 17 décembre 2014

La laïcité doit s'attaquer à la religion-fric et à son pouvoir

Noël approche ! Noël approche ! Les publicitaires abreuvent tout le monde d'accroches pour des parfums, des bijoux, encore plus qu'à l'habitude si c'est possible. Ce qui se prépare, c'est la fête au portefeuille. Le reste leur est indifférent. A leurs annonceurs aussi, bien entendu.

Le culte de Mammon, Evelyn de Morgan, 1909
Halte-là ! La LOI doit leur tomber dessus !  Il s'agit bien là, au grand jour, et dans des bâtiments quasi-publics, d'hommages au dieu-fric ! Dieu-fric qui a ses véritables temples (discrets en général) dans les nombreuses banques et Bourses diverses. Des messieurs, cravatés le plus souvent, se prosternent devant d'étranges lucarnes en vue de faire circuler un argent aussi virtuel, voire bien plus encore, que ceux nommés par nos ancêtres YHWH, Zeus ou Allah. Ce culte tapageur, qui va le dénoncer en vertu de la Loi de décembre 1905 ?  Qui va oser s'attaquer à ces "marchands du temple" complètement accros, et inconditionnels défenseurs d'une religion dangereuse, envahissante, et en passe de supplanter toutes les autres ?

Cette religion fut fustigée pour la première fois (selon les écrits qui nous restent) par un certain Moïse, qui s'en prit au Veau d'Or si l'on se réfère à la Bible (Exode, 32) ; la même abomination est dénoncée dans le nouveau testament, avec un nom d'origine araméenne, Mammon. Les protestants qui conquirent le nouveau monde  attribuaient la vertu à celui qui réussissait le mieux en affaires : critère funeste. Ce travers subsiste toujours, excepté qu'aujourd'hui il en arrive au crime tant l'addiction est grande, tant les buts à atteindre coûte que coûte autorisent meurtres à très grande échelle, tortures, rapts, y compris sur femmes et enfants. C'est devenu institutionnel, et de plus en plus de personnages en sont sujets. De plus en plus des "carrières" atteintes par des humains falots, mais peu regardants sur les moyens, se bâtissent sur des renvois d'ascenseur réciproques. Ainsi, la vie de la Cité est réglée par les pires, ceux pour lesquels il n'aurait jamais fallu qu'ils aient en main la destinée des citoyens. Cette religion aux prêtres clinquants, mais aux grands-prêtres inconnus le plus souvent, atteint gravement à la laïcité par sa tonitruante présence publique.

Qui va oser mettre à terre l'édifice du Culte de l'Argent ? Quels citoyens vont se dresser ensemble, pour abattre cette délétère association POUVOIR-CAPITAUX, religion suprême de ceux qui ont la mainmise sur nos vies, voire pour beaucoup trop, leur survie ?  C'est la République contre les accapareurs. En 1789 le Peuple s'est soulevé pour des raisons similaires, mais d'autres accapareurs ont pris la relève : ceux qui assassinèrent Robespierre, Sain-Just.... trop honnêtes et au service du peuple. Ces accapareurs sont toujours là, et parfois ceux qui sont tout en haut de la pyramide aujourd'hui sont même les descendants directs des Thermidoriens ou de ceux qui les financèrent.

Pourtant la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen incluse dans la Constitution de l'An II contient noir sur blanc la justification de ce genre d'action émancipatrice et salutaire pour le plus grand nombre.

Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

samedi 13 décembre 2014

A Valls : NON à la réforme territoriale voulue par Bruxelles

Voilà. La lettre est partie. A temps j'espère : c'est mardi que doit commencer la "procédure accélérée".



Monsieur le Premier Ministre

Hôtel de Matignon
57, rue de Varenne
75007 PARIS



le 13 décembre 2014


OBJET : La réforme territoriale






Monsieur le Premier Ministre,







Vous vous apprêtez à faire discuter et voter à partir du 16 décembre un projet de loi dit "NOTRE" portant atteinte à la structure même de la France. Rien moins que la mise en veilleuse de nos départements, et la primauté de régions encore plus grandes que dans la configuration actuelle. Ce faisant, vous vous efforcez d'éloigner encore les lieux de décision des citoyens, au risque de les rendre encore plus vulnérables et de les empêcher de réagir, ou simplement d'agir en tant que responsables de leur destinée.

Vous savez, ou du moins vous DEVEZ savoir, que les Français sont particulièrement attachés à leurs départements, à la différence des régions, souvent arbitraires ; le même désamour se pose envers ces structures nouvelles que d'en-haut, ON veut imposer, communautés de communes arbitrairement constituées, ou pire, grandes métropoles : il est de plus patent que celles-ci ont été envisagées pour faire entrer ces structures tentaculaire en conflit entre elles, en concurrence. La concurrence a toujours été une mauvaise chose, que ce soit entre les personnes ou entre les entités administratives. Ce sont toujours, en fin de compte, les plus faibles qui en pâtissent, sans bénéfice que pour les instigateurs de ces compétitions. Est-ce là une bonne façon de gérer au nom des citoyens notre pays ? Permettez-moi d'en douter.

Certes, vous appliquez ce que, en concertation avec les autres chefs d'États et de gouvernements de l'union européenne, vous avez décidé à Bruxelles. Puis-je vous rappeler que le Peuple français, la Nation, a opposé son veto à cette structure immense, informe et mauvaise pour presque tous, le 29 mai 2005 ? Le fait d'avoir fait voter les représentants du peuple afin de passer outre à ce refus, sans mandat explicite des citoyens pour outrepasser leur volonté, est le geste de vos prédécesseurs, mais cela ne change rien à ce qu'on peut appeler un abus de pouvoir, que vous auriez pu rapporter depuis.
Le souhait est le suivant : non pas créer des régions encore plus grandes, simples tentacules de Bruxelles en vue de rendre l'État de plus en plus inutile, mais SUPPRIMER ces régions, au contraire. Revenir non à des communautés de communes arbitraires, mais à des syndicats intercommunaux adaptés à leur usage local, et initiés par des accords entre communes, donc par un processus démocratique. Et, de grâce, dissoudre ces géants que sont les Métropoles, effrayants de distance au citoyen.
Croyez bien, Monsieur le Premier Ministre, que ces considérations ne sont proposées que dans un but de rendre la vie meilleure aux simples citoyens, aux Français "ordinaires", ceux qui, par leur travail, leurs impôts et leur consommation, "font marcher la machine". Les Français n'en ont que faire, de l'union européenne qui ne profite qu'à une frange extrêmement mince de la population.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Premier Ministre, l'expression de ma plus loyale considération envers votre fonction.

bab

vendredi 12 décembre 2014

USA - Europe - des criminels particulièrement odieux et jamais jugés ?

Un manifeste m'est parvenu : certes il est long ; certes il est grandiloquent et son panégyrique de la république nord-coréenne demanderait des nuances. Mais il a su reprendre l'état du Monde tel qu'il se retrouve sous le joug de quelques puissances dites "Occidentales" au cynisme plus que démesuré. C'est pourquoi je me permets de le reprendre ici.

Le trop grand dirigisme en Corée du Nord ne saurait occulter l'abomination jamais remise en cause que constituent l'administration étatsunienne, et ses serviles valets d'Europe, sources continuelles de massacres et de morts d'enfants par malnutrition.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-



Mobiliser pour Construire
ACTION TCHADIENNE POUR L'UNITÉ ET LE SOCIALISME / PARTI RÉVOLUTIONNAIRE POPULAIRE ET ÉCOLOGIQUE
Chadian Action for Unity and Socialism/Popular and Ecological Revolutionary Party
( ACTUS/prpe)
E-mail : actus_pr@yahoo.com


N/Réf : 20 /11/SG/2014



Déclaration de Soutien et de solidarité révolutionnaire de ACTUS/prpe à la République Démocratique et Populaire de Corée, suite au vote sanction de l’Onu du 18.11.2014, initié par les puissances impérialistes.

Le 18 novembre 2014, la Commission de l’Assemblée générale de l’ONU a voté une résolution visant à traduire la République Démocratique et Populaire de Corée (RDPC) devant la Cour pénale internationale (CPI), pour violation des droits de l’homme et crimes contre l’humanité.

Notre Parti, ACTUS/prpe s’insurge et condamne cette décision injuste commanditée par les USA et leurs alliés impérialistes occidentaux. Cet acharnement contre la RDPC sous le fallacieux refrain de prétexte, ne cacherait-il pas une nouvelle guerre contre ce paisible État de la péninsule coréenne?

La RDPC, pays socialiste véritablement souverain, mène une politique indépendante non soumise à la volonté et aux intérêts des puissances impérialistes. L’insoumission de ses dirigeants à l’occident, déclencherait-elle une nouvelle escalade militaire contre ce pays ?

Quels crimes de guerre, d’occupation coloniale, la RDPC aurait-elle commis à l’égard d’autres peuples ?

Les droits fondamentaux des masses populaires en matière de santé, d’éducation, de logement, d'emploi… qui constituent les droits vitaux indispensables à l’homme sont gratuits et garantis par les dirigeants de la RDPC. Ce pays ne mérite t-il une telle sanction injuste pour le fait de garantir le bien-être social à son peuple ? Quelle paradoxale logique.

En revanche dans de nombreux pays d’Afrique, notamment ceux des anciennes colonies de la France, pourtant riches en ressources naturelles, les droits vitaux et fondamentaux de l’homme sont violés. Les masses populaires en sont privées, provoquant ainsi des millions de morts. Pourquoi certains dirigeants africains et leurs pays n’ont-ils jamais été jugés pour violation des droits de l’homme et crimes contre crimes contre l’humanité Pourquoi la commission des droits de l’Homme de l’ONU demeure-t-elle aphone et aveugle sur les crimes contre l’humanité commis par les puissances impérialistes dans leurs guerres coloniales en Irak, en Syrie, en Libye…faisant des millions de morts ?

D’autres crimes économiques tels que les embargos économiques, les pillages des ressources naturelles, la dictature monétaire… des puissances impérialistes occidentaux ont eux aussi causé des millions de morts dans les pays du sud. Pourquoi ces flagrants crimes contre l’humanité n’ont-ils jamais suscité la mobilisation de la Commission des droits de l’homme de l’ONU ?

La partialité onusienne à l’égard de la RDPC est manifeste. Cette injustice ne serait-elle pas une fuite en avant des puissances impérialistes afin de masquer leurs propres crimes contre l’humanité? L’arbre pourrait-il cacher indéfiniment la forêt ?

 
Sous le fallacieux prétexte de la « défense des droits de l’homme », les puissances impérialistes se préparent à attaquer la RDP de Corée. La stratégie des puissances impérialistes est dorénavant bien rodée. Sous prétexte « de la défense des droits de l’homme, de sauver les peuples massacrés par les régimes dictatoriaux, de la défense de la démocratie, d’intervention humanitaire… », elles instruisent les organismes de l’ONU, puis le Conseil de sécurité adopte une résolution d’intervention « militaire humanitaire ». C’est ainsi que furent légitimées :

- L’intervention militaire des USA en Irak a été une expédition coloniale punitive et d’occupation du pays. De mars 2003 jusqu’au départ fin 2011 des derniers soldats étatsuniens, une tragédie s'était abattue sur ce pays. En effet, le Président Saddam Hussein a été assassiné, entre 300.000 à 1,5 millions d’irakiens sont morts, selon les estimations (Sources : The Lancet, Iraq Body Count).

Un pays naguère le plus développé du monde arabe, ressemble aujourd’hui à un véritable champ de ruines. La Commission des droits de l’homme devrait plutôt sanctionner les USA pour crimes contre l’humanité et non la RDPC qui n’a pas commis de tels crimes contre l’humanité.

- Le 11 avril 2011, les troupes françaises ont bombardé le palais présidentiel de Côte d’Ivoire. Elles ont capturé le président légitime Laurent Gbagbo, un dirigeant africain nationaliste et insoumis, puis elles ont procédé à sa déportation à La Haye en Hollande pour y être jugé par la CPI. Plusieurs centaines de morts ont été dénombrés. Cette expédition coloniale punitive sur le palais présidentiel d’un état souverain, est un acte de terrorisme d’état, une violation flagrante du droit international. Ces crimes contre l’humanité devraient plutôt mobiliser la Commission des droits de l’homme de l’ONU que cet acharnement contre la RDPC qui n’a jamais envahi militairement, tuant les populations d’un pays, ni déporté son président.

- Pendant plusieurs semaines, la coalition militaire de l’OTAN (Usa, France, Grande Bretagne) a bombardé la Libye. Le Guide Mouammar Kadhafi fut assassiné le 20 octobre 2011. Selon les différentes estimations de la presse, ce déluge de bombes otaniennes auraient fait plus de 100000 morts. Depuis lors, la démocratie et les droits de l’homme que les impérialistes prédateurs prétendaient installer en Jamahiriya arabe populaire et socialiste de Libye, n’ont jamais vu le jour.

Ce pays africain, qui fut naguère l’un des États les plus avancés d’Afrique, est transformé aujourd’hui en un champ de ruines, où prospèrent les groupes islamistes terroristes, alliés des ces mêmes puissances impérialistes contre le Guide Mouammar Kadhafi.
Au demeurant, il conviendrait de rappeler que dans les années 80, afin de lutter contre le communisme incarné par l’ex-URSS, les USA ont créé, équipé, et financé le groupe terroriste jihadiste Al qaeda de Ben Laden qui a pris le pouvoir en Afghanistan.

En Libye, ce fut le même scénario : les puissances impérialistes occidentales ont assassiné le Guide Mouammar Kadhafi, ce révolutionnaire panafricain lui aussi insoumis, pour introniser au pouvoir les groupes terroristes islamistes. Ici aussi, la Commission des droits de l’homme devrait plutôt sanctionner les puissances
impérialistes et la Libye des terroristes pour crimes contre l’humanité et non la RDPC qui n’a pas commis de telles abominations.

- La guerre en Syrie déclenchée par les puissances impérialistes occidentales et leurs alliés jihadistes terroristes depuis 2011, a coûté la vie à plus de 200000 morts et 2,5 millions de réfugiés. (Sources : Journal du Dimanche, Le Soir, 20 Minutes). Leur objectif demeure l’assassinat du président légitime et insoumis, le Dr Bachar Al Assad afin de pouvoir recoloniser la Syrie.

L’échec du projet impérialiste est cinglant car la résistance et la détermination du peuple syrien contre la guerre impérialiste, demeurent intactes et tenaces.

Le président Bachar Al Assad est toujours au pouvoir, fermement fermement soutenu par le peuple syrien. Où se cache alors la Commission des droits de l’homme de l’ONU pour ne pas prendre des sanctions à l’égard des puissances impérialistes et leurs alliés jihadistes pour crimes contre l’humanité ? La RDPC ne s’était jamais alliée aux terroristes jihadistes pour exterminer les populations d’aucun pays au monde.

Le droit et le devoir de la RDPC à la défense de son peuple, de l’intégrité de son territoire, de sa souveraineté,de son indépendance et de ses institutions sont inaliénables.

Les agressions militaires des puissances capitalistes impérialistes depuis une décennie, leur volonté de recoloniser, le moyen orient, l’Afrique, de détruire dans le monde les pays dont les dirigeants sont insoumis à leurs diktats et autres oukases, d’assassiner les dirigeants, anti-impérialistes, révolutionnaires ou simplement nationalistes... sont autant des crimes contre l’humanité qui mériteraient objectivement plutôt de traduire leurs auteurs en justice par la Commission des droits de l’Homme de l’ONU.

C’est sur la base de cette logique de domination du monde, que les puissances capitalistes impérialistes occidentales continuent de lancer leur hostilité endémique, leurs campagnes effrénées de diffamations ou leurs embargos économiques… institutionnalisés à l’égard de la RDP de Corée, fondée par le Juche Kim il Sung en 1945, ou de Cuba socialiste de Fidel Castro depuis 1959.
Le comportement belliqueux, haineux des impérialistes a été aussi dirigé contre les pays et leurs dirigeants insoumis, nationalistes, progressistes, ou révolutionnaires communistes : l’Ex URSS du Généralisme Staline dont l’ombre continue à troubler le sommeil des impérialistes occidentaux et du système capitaliste mondial, et ce malgré sa mort en 1953, la République populaire de Chine de Mao, le Vietnam socialiste de Ho Chi Minh, l’Algérie de Houari Boumediene, la Bolivie de Evo Morales, le Zimbabwe de Robert Mugabe, le Venezuela d’Hugo Chavez, le Nicaragua de Daniel Ortega, l’Iran d’Ahmedi Najad, la Syrie de Bachar Al Assad, la Jamahiriya de Libye de Kadhafi, le Bukina Faso de Thomas Sankara, le Congo Kinshasa de Patrice Lumumba, le Congo Brazzaville de Marien Ngouabi, l’Irak de Saddam Hussein, l’Éthiopie du Colonel Mengistu Hailé Mariam, la Guinée de Sékou Touré, l’Égypte de Nasser, l’Albanie d’Enver Hodja, la République démocratique d’Allemagne d’Erich Honecker, la Belarus de d'Alexandre Loukachenko, le Chili de Salvador Allende…

La RDPC, créée par le Juché Kim il Sung en 1945, est un état pacifique qui n’a jamais agressé aucun pays, ni mis en danger la paix internationale. Par conséquent, elle ne devrait nullement susciter une telle mobilisation de surcroît injuste de la Commission des droits de l’Homme de l’ONU.

Les véritables auteurs de menace sur la paix mondiale, de crimes contre l’humanité sur tous les continents, demeurent incontestablement les puissances impérialistes capitalistes et leurs guerres coloniales de rapine.

La RDPC est un pays socialiste dont tous les dirigeants successifs depuis 1945, Kim Il Sung, Kim Jong Il et Kim Jong-Un, ont toujours maintenu une politique de défense populaire efficace, afin de préserver les intérêts sociaux du peuple, fruit des acquis du socialisme de la pensée du Juche Kim Il Sung. Tous les dirigeants de la RDPC ont garanti fermement l’intégrité territoriale et la souveraineté du pays.

Cette politique d’indépendance nationale est basée sur l’élaboration d’une défense militaire puissante de l’Armée populaire de Corée qui dispose de l’Arme nucléaire. Cette puissance militaire permet ainsi au pays de dissuader
toute velléité d’invasion militaire de la RDPC par les puissances impérialistes notamment les USA dont l’objectif demeure l’asservissement colonial de ce pays insoumis, courageux, digne et fier.

Cette vaillante résistance du peuple héroïque de la RDPC face aux agressions militaires et économiques des puissances impérialistes occidentales, provoque la furie guerrière de ces dernières, qui sont revenues à la charge par le subterfuge du vote du 18 novembre 2014 par la Commission de l’Assemblée générale de l’ONU, de la résolution sur les prétendus « crimes contre l’humanité » commis par les hauts dirigeants de la RPDC.

Les puissances impérialistes occidentales sont complices des violations flagrantes des droits de l’homme en Afrique. Elles font l’apologie des dictateurs qui sont par ailleurs leurs alliés.

En matière de la défense des droits de l’Homme, les puissances impérialistes ont une lecture et application partiales et à géométrie variable. En effet, elles sont aphones et aveugles dans tous les pays notamment d’Afrique francophone où la France impose militairement ou par complicité des hold-up électoraux, des tyrans criminels aux peuples en qualité de Présidents.

Ces faits gravissimes durent depuis les indépendances fictives de 1960 de ces pays. Qui oserait encore nier cette évidence que depuis 24 ans, les troupes françaises sont intervenues à plusieurs reprises au Tchad pour sauver et imposer le tyran Général-président Idriss Déby contre la volonté du peuple tchadien entré en rébellion? La dernière opération militaire française de sauvetage du Président Idriss Déby date de février 2008. Les Forces spéciales françaises ont décimé les forces de résistance nationale qui encerclaient le palais présidentiel.(Sources : La Croix, Le Figaro, Février 2008)

Le Général-Président Idriss Déby, continue de commettre des crimes contre l’humanité, avec la complicité des gouvernements français successifs, qui le défendent devant toutes les Assemblées de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, et ce, malgré les preuves incontestables, et accablantes sous les regards bienveillants des diplomates occidentaux accrédités et les troupes françaises disséminées dans leurs bases au Tchad. La France et ses alliés occidentaux ont décidé d’absoudre le Tchad de la justice internationale et pourtant le peuple vit un enfer depuis 24 ans.

Le 11 novembre 2014, les populations des trois grandes villes du Tchad (N’Djaména la capitale, Moundou et Sarh) ont massivement manifesté pacifiquement dans les rues contre la cherté de la vie, les violations des droits de l’homme (assassinats, arrestations arbitraires, détentions sans jugements…) et contre les injustices sociales (népotisme, corruption, détournements des deniers publics, prédations des ressources de l’État…). La police a alors tiré sur les foules faisant plusieurs morts, blessés graves et de nombreuses arrestations. Au demeurant, il conviendrait de rappeler que ces forces de répression sont équipées par la France et encadrées par des Conseillers militaires français.

Les médias bourgeois, et les prétendus défenseurs des droits de l’homme en occident ne se sont guère mobilisés. C’était le silence assourdissant chez les dirigeants politiques occidentaux, car il n’y a eu aucune condamnation, ni indignation, ni une quelconque volonté de saisine du Conseil de sécurité pour une éventuelle intervention « militaire humanitaire », afin de « sauver » le peuple tchadien contre les massacres de leur valet, le Général-Président Idriss Déby.

En RDPC, les droits et besoins fondamentaux de l’homme (Santé, éducation, logement, nourriture, emploi…) sont garantis pour les masses populaires par la constitution initiée par le Parti de Travail de Corée et la pensée du Juche Kim Il Sung. De telles manifestations comme celles du Tchad et dans de nombreux pays d’Afrique pour revendiquer les droits et besoins fondamentaux de l’homme, n’ont pas lieu d’être. Si de tels événements tragiques avaient eu lieu en RDPC, l’humanité entière se serait écroulée sous le poids des torchons d’insanités, de condamnations, de diffamations…. dans les médias et la presse bourgeoise. Ce déferlement nauséabond polluerait nos yeux, nos oreilles, voire nos odorats.

Comment les prétendus défenseurs des droits de l’Homme occidentaux, peuvent-ils ignorer les centaines de milliers de morts tchadiens causés par le régime tyrannique du Général président Idriss Déby depuis 24 ans ? Pourquoi ferment-ils les yeux sur la tragédie du peuple tchadien ? En effet, le Tchad est un état de surcroît pétrolier, mais dont les masses populaires vivent dans la misère absolue, sans eau potable, sans électricité, sans logements décents, sans soins élémentaires médicaux, les écoles des campagnes sont dépourvues de bâtiments et parfois les cours ont lieu à l’ombre des arbres à même le sol en pleine nature. La famine est à l’état endémique, la malnutrition extermine les enfants ou compromet à jamais leur développement.

« Au Tchad, deux enfants sur cinq souffrent de malnutrition chronique et un enfant sur six de malnutrition aiguë sévère, soit le taux le plus élevé en Afrique centrale et occidentale, estime le Fonds des Nations-Unies pour l'enfance (UNICEF) ». Selon cet organisme de l’ONU, plusieurs milliers d’enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère en 2012 chaque année. En 2012 ce chiffre est supérieur à 127300 (Source : UNICEF 2013).

Eu égard à la tragédie que vivent les masses populaires au Tchad, les gesticulations malveillantes des impérialistes autour de la RDPC, sont injustes, abjectes et révoltantes. Elles ne peuvent susciter qu’un profond dégoût chez les tous les communistes, révolutionnaires et amis de ce paisible pays socialiste, crée en 1945 par le Juche Kim Il Sung. En effet, les crimes contre l’humanité qui se passent dans l’arrière cours de la France qu’est le Tchad et chez les autres puissances impérialistes sont occultés car entourés d’un silence complice assourdissant.

L’imposture intellectuelle et les mensonges institutionnalisés par les puissances impérialistes sur la prétendue « défense » des droits de l’homme sont une vérité indéniable. Aucune personne sensée, aussi peu soit-elle, ne saurait croire ou apporter le moindre crédit à leur cynique refrain, destiné à d’anesthésier l’opinion hostile avant de commettre leurs crimes de guerre congénitaux dont elles raffolent.

Les puissances impérialistes occidentales définissent les expressions « crimes contre l’humanité, violations des droits de l’homme… », les faits qu’elles auraient elles mêmes décrétés comme tels, suivant leurs cyniques projets. A cet effet, elles désignent toujours à leur convenance les pays dont les dirigeants insoumis mènent une politique indépendante (RDP Corée, Cuba, Venezuela, Syrie, Russie, Iran, Zimbabwe, Bolivie, la Belarus…) Ce fut le cas dans le passé des Leaders de la RDP de Corée : Kim Il Sung, Kim Jong Il, et aujourd’hui, c’est au tour du Leader Kim Jong-Un d’être vilipendé, calomnié par la presse bourgeoise.

Inversement, les régimes criminels et valets de l’impérialisme, ne sont jamais traités de dictatures et leurs crimes contre l’humanité n’ont jamais existé à leurs yeux. Afin de minimiser ces crimes commis par leurs valets, Présidents en Afrique, ces puissances impérialistes les qualifient de « quelques petits dérapages, des dégâts collatéraux des forces de l’ordre, de répressions excessives… » En d’autres termes, elles approuvent les répressions des peuples révoltés, mais seulement avec un nombre de morts acceptable selon leurs propres critères. Quel cynisme d’encourager les massacres des populations ! une terrifiante conception de la défense des droits de l’homme de ceux là-même qui s’autoproclament défenseurs de la démocratie et des droits humains.

Les masses populaires africaines opprimées, n’accepteront jamais cette conception sélective des droits de l’homme à la sauce de l’impérialisme occidental.

La politique d’absolution à la justice des dirigeants soumis est appliquée par la France dans tout son pré-carré d’Afrique : au Burkina Faso le dictateur Blaise Compaoré a régné 27 ans après avoir assassiné en 1987 le Président révolutionnaire Thomas Sankara, par ailleurs un ami de la RDP de Corée. Au Gabon depuis 1960, Bongo le père puis le fils gouvernent. Il en est de même au Togo du Général Eyadema. Au Cameroun, le Président Paul Biya trône depuis le 06 novembre 1982. En Centrafrique, Dacko, Bokassa, Kolingba, Patassé, Bozizé… tous les protégés de l’impérialisme Français se sont succédés au pouvoir depuis 1960. Au
Congo Brazzaville, le Général Sassou est au pouvoir depuis plus de 30 ans, au Sénégal ce fut aussi une passation de service depuis 1960 entre les serviteurs de l’impérialisme français du président Senghor à Macky Sall en passant par Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, il en de même pour le Niger de Hamani Diori à Mahamadou Issoufou…

En conclusion, les dirigeants criminels soumis et alliés de l’impérialisme occidental sont assurés tous risques et leur longévité au pouvoir est garantie. Ils jouissent d’immunité pour massacrer à satiété leurs peuples qui se révoltent contre le système capitaliste d’exploitation de l’homme par l’homme, lequel aggrave leur paupérisation.

Nous constatons avec forte amertume, que les droits de l’homme n’ont pas droit de cité dans les pays d’Afrique, dirigés par les valets de l’impérialisme. Il faudrait plutôt parler des droits de la défense des intérêts impérialistes et d’exploitation des peuples.

Les droits fondamentaux de l’homme, sont les éléments indispensables qui contribuent à son bien-être général. Ils sont garantis en RDPC par le parti et la constitution. En RDP de Corée, tous les Leaders n’ont jamais été imposés, ni protégés par aucune puissance impérialiste occidentale. Ils sont par conséquent une émanation profonde de la volonté du peuple sous la bannière du Parti de Travail de Corée (PTC).

Contrairement à certains Présidents africains qui sont en réalité des « Gouverneurs-délégués » de la France en Afrique, en RDP de Corée, toutes les décisions du pays sont prises souverainement par leurs dirigeants à Pyongyang et non à Paris, Washington, Londres, ou Berlin. et ce conformément au programme politique du Parti de Travail de Corée et dans l’intérêt des masses populaires.

La politique extérieure de la RDPC est indépendante et n’est soumise à aucun diktat ou subordination des puissances impérialistes occidentales, de même que sa politique économique et sociale socialiste qui est au
service du bien-être des masses populaires et non en faveur des intérêts des multinationales capitalistes, véritables prédatrices des richesses des pays d’Afrique et ceux du Sud.

Les droits fondamentaux de l’homme sont tous les éléments indispensables qui contribuent à son bien-être général. A cet effet, la RDP de Corée assure efficacement et collectivement aux masses populaires la gratuité de la santé et de l’éducation. L’état met à la disposition des masses populaires, des logements modernes. Il garantit l’emploi permanent pour tous, et enfin de la nourriture en quantité et qualité, et ce malgré les multiples catastrophes naturelles et la présence d’une grande superficie des régions montagneuses au détriment des terres
cultivables.

A l’inverse, de nombreux pays d’Afrique comme le Tchad, asservi par le néolibéralisme des impérialistes occidentaux, malgré ses colossales ressources naturelles, notamment les revenus du pétrole, demeure parmi les 10 derniers pays les plus pauvres du monde. Voici quelques données qui confirment les conséquences de l’exploitation du système capitaliste, la misère abyssale dans laquelle vivent les masses populaires tchadiennes :
- Selon le rapport du PNUD 2013, l’Indice de développement humain (IDH) du Tchad est 0.372. Le pays occupe donc la 183ème place sur 187 pays.
- Le taux de mortalité maternelle (décès pour 100000 naissances vivantes) en 2010 est de 1100 femmes pour le Tchad contre 80 en RDPC.
- La Mortalité infantile en RDPC est de 23 pour 1000 contre 89 au Tchad.
- L’espérance de vie à la naissance au Tchad est de 52,1 ans contre 70 ans en RDPC.
- La couverture des soins prénataux est de 100% de naissances vivantes en RDP Corée contre 53,1% au Tchad).
- Selon la Banque Mondiale, le taux de pauvreté du Tchad se chiffre à 64% alors que les revenus du pétrole sont estimés à 50 milliards FCFA par an [Source:Chronique des Libertés et Droits Fondamentaux n°55 mars 2003].
A l’opposé de cette paupérisation généralisée des masses populaires et à leur situation dramatique, le Général-Président Idriss Déby et sa basse-cour de thuriféraires mènent une vie qui rivaliserait de somptuosité avec celle de certains riches des pays du Nord.

Ces quelques chiffres significatifs témoignent, si besoin est, de la justesse et de l’efficacité du système socialiste scrupuleusement appliqué par les Leaders successifs du Parti de travail de Corée : Kim Il Sung, Kim Jong Il et Kim Jong-Un.

Ces puissances impérialistes qui s’acharnent contre la RDP de Corée, ne devraient-elles pas plutôt juger le déni de vie décente, exercé par le Président du Tchad et ceux d’Afrique à l’encontre de leurs peuples respectifs ?

Priver les masses populaires africaines des droits fondamentaux de l’homme (santé, éducation, logement, nourriture) avec pour conséquence des millions de morts, constitue incontestablement des crimes contre l’humanité. Pourquoi ce déni des droits fondamentaux n’aurait-il aucune valeur aux yeux des puissances impérialistes occidentales? N’y aurait-il pas en filigrane à la base de cet abject comportement des impérialistes occidentaux une philosophie d’essence raciste?
En matière des Droits de l’Homme en général, ceux de la femme en particulier, font partie intégrante de cet ensemble. Force est de constater avec admiration que la loi de la RDPC qui institue l’égalité des sexes est plus respectée car appliquée, alors que dans la plupart des pays occidentaux, les droits de la femme sont violés. A cet effet, on constate que plus 40% des parlementaires sont des femmes en RDPC. En revanche, on ne dénombre que 26,2% en France, 33,3% au Royaume-Uni, 35,1% dans l’ensemble de l’Union européenne.

Quant aux Usa qui s’autoproclament champion, gardien du temple de la démocratie et défenseur mondial des droits de l’homme, ils atteignent péniblement le chiffre de 18,3% de femmes parlementaires (Sources: Parlement européen, Union interparlementaire).

A travers ces chiffres, quelle leçon de démocratie les puissances impérialistes voudraient-elles donner à la RDP de Corée? La démocratie sexiste pratiquée en occident est le contraire de la démocratie populaire de la RDPC.

L’acharnement avec lequel les puissances impérialistes attaquent la RDPC sous prétexte d’arrêter les crimes contre l’humanité dans le pays, n’est qu’une imposture intellectuelle et diplomatique. En effet, eu égard aux crimes contre l’humanité commis en Afrique par leurs valets qu’elles ont imposés aux peuples et avec leur complicité, il serait plutôt honnête intellectuellement que ces puissances impérialistes fassent profil bas et arrêtent de s’immiscer dans les affaires intérieures la RDPC, qui par ailleurs, pratique activement la politique de non-ingérence dans les affaires intérieures d’autres États.

Est-il encore besoin de rappeler aux puissances impérialistes notamment aux USA, que leurs principaux alliés en Amérique latine: Pinochet au Chili, Videla en Argentine, Banzer en Bolivie, Stroessner au Paraguay, Bordaberry en Uruguay… étaient des dictateurs fortement nazifiés ?

Ce cercle criminel d’Officiers supérieurs, encadré par la CIA, étaient des anticommunistes primaires. Ils ont assassiné des centaines de milliers de citoyens et d’opposants latino américains, avec l’aide des conseillers militaires des USA.

Les USA sont par conséquent coupables et complices des crimes contre l’humanité contre les peuples latino-américains, tandis que la RDPC ne l’a jamais été, ne l’est pas et enfin ne le sera jamais. En effet, le Parti de Travail de Corée est toujours solidaire des peuples opprimés et exploités par les impérialistes capitalistes.

Au Moyen-Orient, les USA soutiennent militairement depuis des lustres, des monarchies arabes d’Arabie Saoudite, du Qatar, du Koweït, du Bahreïn, des Émirats arabes unis, d’Oman…, qui sont d’implacables dictatures. Pourquoi ces puissances impérialistes qui s’autoproclament « défenseurs » de la démocratie et des droits de l’Homme, ne fustigent jamais ces monarchies qui refusent la moindre notion de démocratie? En Arabie Saoudite, au Qatar, au Koweït, au Bahreïn, aux Émirats arabes unis et à Oman, les prémices ou toute velléité d’expression démocratique par les citoyens, est violemment noyée dans le sang par l’Armée. C’est ainsi que les manifestations populaires de 2011à Bahreïn et au Qatar, réclamant la démocratie ont été réprimées dans le sang. Le « printemps arabe » n’a donc pas franchit les frontières des monarchies arabes du golfe sous l’œil bien vigilant des puissances impérialistes qui préfèrent les monarchies sanguinaires à la volonté des peuples d’aspirer à la démocratie.

Ces monarchies sont de surcroît caractérisées par les gravissimes violations des droits de la Femme, considérée comme citoyenne de seconde zone par rapport au citoyen. La femme est même réduite à l’état de sous Homme, ou d’esclave. Par exemple, en Arabie Saoudite, elle n’a pas le droit de conduire elle-même sa voiture. Elle doit être conduite par un Homme.

Toujours au Moyen-Orient, depuis 2011, perdure la croisade impérialiste contre la Syrie du Président légitime Bachar Al Assad, un leader insoumis aux diktats des puissances occidentales. La volonté de ces dernières de dominer la Syrie, en imposant un dirigeant à leur volonté, ne souffre aucun doute. A cet effet, le président Bachar Al Assad bien qu’étant laïc est devenu la bête noire des puissances impérialistes et leurs alliés terroristes islamistes et autres obscurs jihadistes. Quel paradoxe pour les impérialistes occidentaux qui s’autoproclament « défenseurs » de la démocratie!

En trois ans, l’interminable guerre qu’ils ont déclenchée a semé le chaos en Syrie, faisant plus de 200.000 morts, 2,5 millions de réfugiés et 5,5 millions d’enfants touchés (Sources : Journal du Dimanche, Le Soir, 20 Minutes).

En Syrie, la barbarie, les faits gravissimes de crimes contre l’humanité, commis par les puissances impérialistes occidentales et leurs alliés jihadistes sont effroyables. Tous ces criminels doivent être traduits en justice pour crimes contre l’humanité.

La commission des droits de l’homme devrait plutôt s’y pencher au lieu de se mobiliser injustement contre la RDPC qui n’a jamais détruit un tiers pays, ni exterminé les populations qui y vivent.

La primauté du droit de la force des puissances impérialistes sur la force du droit international est inacceptable. La RDPC a par conséquent le droit et le devoir de s’y opposer par tous les moyens. C’est une question de survie d’un peuple et d’une nation.

En matière de respect des Droits de l’Homme, par comparaison à ces monarchies théocratiques du golfe où la notion de démocratie est inexistante, la RDPC fait incontestablement figure de championne. Par conséquent, elle
ne mérite pas ce procès injuste de la Commission de l’ONU.

De quel droit moral ces puissances impérialistes notamment les USA, géniteurs des organisations terroristes théocratiques (les jihadistes), tel qu’Al qaida, auraient-ils l’outrecuidance de donner de leçon de démocratie et des droits de l’Homme à la RDPC, un état de démocratie populaire développée, où les droits fondamentaux des masses populaires et leur participation effective au pouvoir sont garantis ?

Au demeurant, il conviendrait de souligner que la résolution adoptée le 18 novembre 2014, par la commission chargée de statuer spécifiquement sur les infractions aux droits humains est largement basée sur un rapport de l'ONU de 400 pages. Ce document, rendu public le 17 février 2014, concluait à des violations des droits de l’homme « sans égal dans le monde contemporain ». Pourquoi une autre Commission d'enquête créée par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, n’a jamais été créée puis envoyée dans les pays du pré carré français d’Afrique où les crimes contre l’humanité battent des records?

La Commission d'enquête de l’ONU sur les droits de l'homme en RDPC est constituée de trois membres. Elle était dirigée par le juriste Michael Kirby, un citoyen d’Australie, un pays inconditionnel allié des USA. De ce fait, ce volumineux rapport ne serait qu’un tissu de mensonges et contre vérités destinés à légitimer une éventuelle agression militaire impérialiste de la RDPC.

Cette crainte fut par ailleurs confirmée lors des débats sur la résolution du 18 novembre 2014 : l'ambassadeur de Cuba socialiste, Rodolfo Reyes Rodriguez avait déclaré que ce genre de résolution se concentrant sur un seul pays comme la Corée du Nord était devenu « un outil pour attaquer les autres », et demandé ce que le texte soit amendé pour appeler à une « approche coopérative » avec Pyongyang.

Le monde se souvient encore du mensonge monstrueux de 2003, lorsque le Secrétaire d’état des USA, le Général Colin Powell présenta au cours d’une conférence de presse, un tube à essai censé contenir de l’anthrax (bacille du charbon) produit par le régime irakien. Ce prétexte a servi à l’invasion de l’Irak. Cependant, à ce jour, aucune arme de destruction massive (ADM) que posséderait l’Irak de Saddam Hussein n’a été découverte. Les puissances impérialistes occidentales ont érigé les mensonges en règles dans les relations internationales selon leurs objectifs visés.

La RDPC est un pays socialiste souverain, en plein essor Technique, scientifique, économique et militaire.

Malgré les lourdes pertes humaines et en matériels, causées par la guerre étatsunienne contre la RDPC de 1950 à 1953, malgré le blocus économique des puissances impérialistes, le pays a été très rapidement reconstruit. Grâce à l’application des idées socialistes du fondateur de la RDPC, Juche Kim Il Sung, la RDPC a réussi la prouesse de la reconstruction rapide accélérée d’une économie socialiste prospère dotée d’une industrie solide, en comptant sur ses propres forces.

La fondation de la base scientifico-technique et industrielle du pays, a permis l’essor fulgurant dans tous les domaines : éducation, santé, économie, industrie, agriculture, infrastructures… La politique du Parti de Travail de Corée d’accélération du développement des sciences et de la technologie a permis à la RDP de Corée de rejoindre le cercle très fermé des pays possédant l’arme nucléaire pour la défense exclusivement de sa souveraineté et de son de intégrité territoriale. L’Armée populaire de Corée puissante et moderne assure cette défense et veille sur la quiétude du pays. Contrairement aux impérialistes occidentaux qui se servent de
leur puissance militaire pour agresser, occuper d’autres pays afin de les asservir et de piller leurs richesses naturelles, la RDPC quant à elle, utilise sa puissance militaire uniquement à des fins défensives et dissuasives. Dissuader toute velléité d’agression militaire impérialiste et notamment celle des USA qui disposent en effet, d’une dizaine de bases militaires et plus de 30.000 hommes de troupes dans la partie sud de la péninsule coréenne, qu’ils occupent depuis 1953. Selon les Traité de défense mutuelle signé à Washington, le 1er octobre 1953 entre la République de Corée du sud et les USA, en cas de guerre, les États-Unis exerceraient le commandement militaire en Corée du Sud. Cette subordination militaire aux États-Unis, fait de facto de cette dernière une colonie. (Source : ONU, Collection des traités).

Dans ce contexte historique d’agressivité permanente des USA à l’égard de la RDPC, pourquoi les puissances
impérialistes voudraient-elles prohiber, voire empêcher ce pays de poursuivre ses recherches et la production de l’arme nucléaire afin de pouvoir défendre sa souveraineté et l’intégrité du pays? Ces mêmes puissances impérialistes accepteraient-elles d’être envahies et asservies par d’autres plus puissantes ?

Le monopole de l’arme nucléaire que voudraient détenir exclusivement les puissances impérialistes, afin d’exercer des chantages, de terroriser, d’occuper militairement et d’asservir les pays non détenteurs de cette arme, est une injustice internationale caractérisée que les pays du sud ne devraient pas accepter. Le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), ne serait impartial, équitable que si les grandes puissances nucléaires actuelles, détruisaient la totalité de leurs armes nucléaires.

A partir du « point zéro arme nucléaire », il conviendrait alors d’imposer le TNP par tous les moyens à tous les états sans exclusion. Ce qui serait une équité incontestable pour tous les états membre de l’ONU et signataires du TNP.

Dénier unilatéralement aux pays du Sud dont la RDPC leur devoir et droit de défendre leurs peuples et l’intégrité de leurs territoires, mais permettre en revanche aux puissances impérialistes de renforcer leur capacité nucléaire pour des objectifs d’agression militaire et de recolonisation des pays non détenteurs de cette arme de l’équilibre de la terreur, est une injustice caractérisée, inacceptable qu’il faudrait énergiquement combattre. Aucun esprit rationnel, aussi peu soit-il, ne saurait accepter cette grossière imposture intellectuelle et diplomatique. Désarmer unilatéralement les pays sud en épargnant les puissances impérialistes, est suicidaire pour les premiers. En cas de confrontation, armée, l’atomisation des premiers ne prendrait que quelques secondes en faveur du détenteur du char d’assaut face à son adversaire équipé d’un simple pistolet. Ce schéma de combat inégal, démentiel, et disproportionné, représenterait l’objectif que voudraient atteindre les impérialistes en privant la RDPC de sa force nucléaire de dissuasion.

La dénucléarisation devrait être un acte mondial concomitant dans les pays et non discriminatoire. Toute l’humanité en sortirait alors grandie et gagnante, car elle renforcerait incontestablement une paix durable dans un monde sans suspicion.

Le Parti de Travail de Corée, a impulsé au pays une politique efficace de développement de croissance. La RDPC s’est alors hissée en un temps très court au rang des pays à taux de croissance très élevé. Son économie progresse le plus rapidement au monde, suivant des taux de croissance annuels officiels supérieurs à 10%. Cette indépendance politique, économique et militaire de la RDPC a été chèrement acquise face aux puissances impérialistes, qui rêvent encore de la recoloniser.

L’héroïque résistance de la patrie de Juché Kim Il Sung, suscite leur furie guerrière d’hier, d’aujourd’hui et demain. En effet, la destruction du socialisme dans ce pays et sa recolonisation sont l’objectif principal des puissances occidentales, à travers ce fallacieux prétexte de la défense des droits de l’Homme. Le peuple de la RDPC a librement choisi son idéologie, le socialisme initié par Juche Kim Il Sung. Son modèle social met l’homme au centre des préoccupations du parti de Travail de Corée et de son Secrétaire Général Kim Jong Un.

Les droits fondamentaux et vitaux de l’homme, contribuant à son bien-être social et à son intégral épanouissement (santé, éducation, logement, nourriture, emploi…) sont gratuits et garantis par le parti pour tous. Le respect des droits fondamentaux et vitaux de l’homme sont par conséquent respectés en RDPC.

En projetant d’agresser militairement la RDPC pour y imposer son modèle social, le capitalisme, les USA dénient au peuple coréen son existence en tant qu’êtres humains doués de capacité de réflexion, n’ayant par conséquent aucune culture ou une inférieure à la leur. Ce complexe de supériorité impériale, de chauvinisme, du mépris pour les autres peuples et leurs cultures et civilisations, est inacceptable. C’est ce comportement agressif qui accompagne la volonté de domination et de pillages des ressources naturelles d’autres pays, qui est à l’origine des tensions et guerres que vit le monde.

Briser la volonté du peuple de la RDPC, son libre choix du socialisme, c’est de la dictature impériale qui caractérise le comportement et les actes des USA et ses alliés occidentaux. Cette dictature capitaliste des impérialistes est contraire à l’essence même de la vraie « démocratie » qui reconnaît le droit aux peuples dont celui de la RDPC à disposer de leur souveraineté, respecte la volonté et le choix politique des peuples et enfin respecte et applique les droits fondamentaux et vitaux de l’homme, indispensables à son bien-être et à son épanouissement intégral.

Imposer aux peuples du monde la pensée unique du capitalisme et de la bourgeoisie, c’est de la dictature. Les USA et leurs alliés occidentaux révèlent ainsi leur profonde culture anti-démocratique en violant la volonté des peuples, les droits fondamentaux et vitaux de l’homme.

La RDP de Corée résiste à l’instar de Cuba socialiste, contre les agressions multiformes des puissances impérialistes prédatrices. Ces deux pays du sud, sont devenus des sources d’inspiration pour les peuples en lutte pour leur véritable indépendance sociale, politique, économique et militaire.

En conclusion, notre Parti, ACTUS/prpe, fidèle aux principes du communisme de l’internationalisme prolétarien, réaffirme sa solidarité révolutionnaire au peuple coréen et à ses dirigeants, face aux manœuvres d’intervention militaire impérialiste contre la RDP de Corée.

Nous condamnons avec la dernière énergie toutes les ingérences impérialistes, pressions multiformes, à l’égard de la RDPC. A cet effet, l’ACTUS/prpe, demande le retrait inconditionnel, immédiat et l’annulation de la résolution du 18 novembre 2014 de l’ONU. Si ces deux actes sont effectivement appliqués, cela confirmerait, enfin la volonté réelle des puissances impérialistes de faire la paix avec la RDPC. De plus, dans la foulée, il serait aussi souhaitable que s'ouvrent des discussions constructives, transparentes entre l’ONU et la RDPC, dans le strict respect des institutions et de la souveraineté inaliénables du pays.

Afin d’éradiquer le principal facteur de guerre sur la péninsule coréenne, notre Parti, ACTUS/prpe, demande aussi la fermeture inconditionnelle de toutes les bases militaires des USA et le retrait de toutes leurs troupes d’occupation de la partie méridionale de la péninsule coréenne.
- Vive la résistance du vaillant peuple coréen, sous la direction du Parti de Travail de Corée, dirigé par son Secrétaire Général Kim Jong-Un, contre les agressions impérialistes.
- Vive la pensée du Juche Kim Il Sun, appliquée par le Leader Kim Jong-Un pour consolider et amplifier le socialisme en RDPC.
- Vive le socialisme pour que vive la solidarité internationaliste avec la République Démocratique et Populaire de Corée.
- Vive la réunification pacifique des deux Corée sans ingérences négatives des puissances impérialistes, notamment des USA, pour que vive la Paix sur la péninsule coréenne.

Le 20 Novembre 2014

Le Secrétaire Général de ACTUS/prpe
Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum

Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS /prpe )
E-mail : actus_pr@yahoo.com