Rechercher dans ce blog

lundi 13 février 2012

Syrie : Ambassadeur US cherche pays à déstabiliser

Eva nous rappelle de drôles de pratiques, perpétrées par le représentant officiel du "plus grand pays du Monde" (dans sa tête) : cela fait désordre !

 

Syrie: M. l'Ambassadeur des Etats-Unis s'exprime. Vertueux démoNcrate !

Syrie : Ambassadeur US cherche pays à déstabiliser
par eva R-sistons
 
http://0.tqn.com/d/middleeast/1/0/M/F/-/-/Ambassador-Robert-S-Ford.jpg
http://0.tqn.com/d/middleeast/1/0/M/F/-/-/Ambassador-Robert-S-Ford.jpg
 
 
Robert S.Ford est un ambassadeur américain actuellement sans ambassade. Pour cause de problèmes avec la Syrie, qu'il a cherché à déstabiliser par tous les moyens, même en faisant prendre des photos du pays par satellite. Des réunions se tenaient discrètement chez lui, réunissant tous les opposants au Régime, particulièrement islamistes, d'ailleurs - très extrémistes, du genre dénoncés par les Américains sous d'autres cieux -, cherchez l'erreur ! Bref, cet agitateur américain ne pouvait rentrer qu'en conflit avec le pouvoir syrien en place. Il va donc falloir chercher un autre pays à déstabiliser pour le compte des banksters et des Industriels de mort, cher espion, pardon cher agent de l'Etranger, allez je suis bonne fille : Cher Ambassadeur. Pfff ! Cachez cet Ambassadeur que les non-alignés ne sauraient voir !
 
Donc, maintenant, le bonhomme va devoir chercher d'autres pays à déstabiliser, pour le compte des si vertueux démocrates US ou hébreux, par ex la Biélorussie, le Pakistan, l'Ukraine à nouveau, le Liban, l'Iran, la Russie, le Tibet, etc etc, gageons qu'il ne chômera pas, le vertueux homme !
 
Alors, le sieur en question, pour l'instant, est libre de son temps. Ca tombe bien, France24 la télé des néoconservateurs Ockrent-Kouchner, cherchait un nouvel adversaire du Régime syrien à interviewer pour faire sa propagande contre Bachar-el-Assad dont le principal crime est de vouloir garder son pays hors du giron impérial. Voilà ce que ça donne le 11 février 2012, un moment d'une grande sincérité, rempli de bons sentiments américains, respectueux de l'indépendance des pays, et grands amateurs de démoncratie devant le diable lui-même ! Morceaux choisis, ne riez pas (citations entre guillemets):
 
Le journaleux : Ca sort de vos implications politiques ?
Que nenni ! Nous avons de la compassion pour les Syriens, "ils ont peur, même dans les banlieues", vous vous rendez compte ? Nous sommes là, nous Américains, pour les rassurer (comme en Libye ??). Vous vous rendez compte ? Il y a "un grand nombre de groupes armés" qui sèment la terreur (en omettant de dire qu'ils le sont par ses concitoyens si gentiment démocrates), "les chrétiens, les minorités ont peur" (des amis islamistes de Washington pour mettre fin à la laïcité de Bachar-el-Assad, chut !), "peur des gouvernements fondamentalistes" (que les Etats-Unis oeuvrent à mettre en place), "peur de l'avenir" (dessiné par les démoncrates de l'Occident !).
 
Et là, l'ex ambassadeur US de Syrie à la recherche d'un nouveau pays à déstabiliser, se fait tout doux, tout respectueux : "On veut traiter les minorités sans discrimination, dans le respect de la diversité...". On n'en doute pas !!!!!
 
Suit une envolée lyrique : "La Syrie est un pays multiculturel qui a une longue histoire !", puis une envolée compassionnelle : "La violence doit cesser tout de suite (quel joli double jeu !), les soins médicaux doivent arriver, la Syrie a besoin d'une solution pacifique, politique, avec NOS partenaires, on soutient la transition, un changement politique pacifique !"  Un sommet d'hypocrisie ! Les USA font oeuvre de paix désintéressée, maintenant ? Ils choisissent la diplomatie plutôt que le colt ? C'est nouveau !
 
Et notre bon homme poursuit sa prestation devant le micro de France24 chaîne au service des guerres impériales, une prestation qui omet naturellement le rôle de l'Occident dans la destruction systématique du pays : "L'économie de la Syrie va de mal en pis, le chômage augmente, les usines ferment (l'Occident fait tout pour ça avec son boycott - tiens, on peu boycotter des pays, maintenant ? Mais pas Israël ?), l'électricité est parfois coupée + de 4 h par jour, en plein hiver, même dans la capitale..."
 
Grave, il ajoute : "Nous allons porter nos efforts dans 3 dimensions : Sur le plan économique, nous allons développer nos relations avec les hommes d'affaires. Nous allons aplanir les chemins de l'Opposition, faciliter son travail (que ces choses sont joliment dites ! Comprenez ingérence avec à la clef soutien aux groupes et aux commandos armés semant la peur dans le pays), enfin nous allons nous occuper des réfugiés, les soutenir financièrement, même dans les banlieues !" Quelle touchante sollicitude ! Avec une jolie guerre civile au bout et la prise du pouvoir par les Islamistes ces nouveaux copains de Washington (après tout, l'Oncle Sam a sympathisé avec les Talibans en Afghanistan quand ils combattaient les Russes, en oubliant, alors, la condition féminine qu'ils défendent maintenant que le pays est "débarrassé" des Slaves) !
 
Pour une fois, un journaleux de France24 se souvient qu'il est journaliste : "Votre position n'est pas CLAIRE, elle menace les relations avec la Russie..." Et il demande aussi qui sont les groupes armés...
 
Claire ? Groupes armés ? L'agent de l'Etranger botte en touche :
 
"La position américaine est HESITANTE... Mais on ne veut pas recourir à la force militaire (!), on veut une solution pacifique" (moins coûteuse pour un Etat quasiment en faillite). Suit une grande vérité, enfin : "Le peuple syrien ne veut pas d'intervention militaire pour résoudre la crise !" Et il ajoute : "On va oeuvrer avec la Ligue arabe" (corrompue, mais l'éthique est le cadet des soucis américains). Dans quel sens ? "Celui des Droits de l'homme !!! Respect de la liberté d'expression, liberté des associations politiques (comme celles occupées à déstabiliser le pays), liberté de manifester... pacifiquement" (en armant les opposants, en envoyant des groupes US paramilitaires ?) !!!
 
Encore un sommet de l'hypocrisie : "Ce n'est pas à la Communauté internationale de décider si Bachar-El-Assad doit rester - dans le même temps, Obama appelle à son départ, cherchez l'erreur là aussi -, MAIS c'est juste une opinion, après 20 ans Bachar-el-Assad devrait partir, je n'ai pas vu de réformes politiques essentielles..." (Il a des oeillères ! Voir   La vérité sur la Syrie. Le terrorisme au nom de la démocratie. Médias collabos). La transition politique est IMPOSSIBLE (pour les marionnettes islamistes de Washington) tant que Bachar-el-Assad sera au pouvoir donc on pense qu'il DOIT partir. Mais... c'est au peuple syrien de décider !" Que ces choses-là sont dites en termes diplomatiques !
 
Bon vent, M. l'agitateur professionnel au service des cow-boys anglo-saxons et israéliens ! Et que votre démoNcratie aille au Diable !
 
Eva R-sistons à l'hypocrisie...
.
 
Avant son départ - L'agent US de déstabilisation de la Syrie, allias ambassadeur !
 
http://1.bp.blogspot.com/-3GvF22BLaM8/TmmkeAhCwkI/AAAAAAAAx7M/mQ4DZFx0fM0/s1600/71739949-new-us.jpg

http://1.bp.blogspot.com/-3GvF22BLaM8/TmmkeAhCwkI/AAAAAAAAx7M/mQ4DZFx0fM0/s1600/71739949-new-us.jpg.
 

2 commentaires:

  1. Mais, ma chère Eva, tout le monde sait - car c'est évident - que tout ambassadeur important est un agent déstabilisateur en sommeil ou en action, selon la situation (cf. les ambassades françaises dans leur "pré-carré", etc.)
    Là tout nous fait un "exercice de style" pour mieux s'indigner du rôle de ce yankee nocif, d'accord... mais c'est superfétatoire. Ce qu'il ne l'est pas c'est le vrai but de ton propos : "blanchir" le rôle de la Russie et même la légitimité d'un Bachar El Assad, ce dictateur sanguinaire de son peuple, au prétexte de ces "infiltrations de mercenaires étrangers", etc. (ce qui est sorti partout et toujours dès qu'il y a des insurrections locales)... : NON, si cette fuite en avant en avant continue, cela va à la guerre civile ! L'essentiel des forces populaires syriennes, manifs d'abord très pacifiques, s'est radicalisée par la désertion (en armes)de conscrits syriens obligés de tirer sur leurs frères...
    La situation (malgré de fortes différences) peut évoluer en "Guerre d'Espagne", ou plutôt à l'algérienne (là c'est ressemblant) du temps du FIS : Dans les deux cas, "l'ordre a été rétabli"... pas la justice sociale! : exigence absolue qui ne peut que revenir, après tant de temps et de morts !

    RépondreSupprimer
  2. Bachar-el-Assad dictateur sanguinaire ? Tiens donc ! As-tu vu le documentaire d'Arte, voici qq années, sur lui ? Homme si aimé de son peuple qu'il se promène sans escorte ! Posé, fin, digne, époux et père modèles, etc , et non-aligné - son crime, en effet. Prêt à mourir pour une certaine idée de la Nation (souveraine, opposée à l'hégémonie usraélienne..) eva

    RépondreSupprimer