Rechercher dans ce blog

Chargement...

mardi 10 avril 2012

Les terrorismes d'État, aux USA, en France ou ailleurs

Reopen911 est une association loi 1901 qui récuse les thèses officielles concernant le jour marquant du début de ce siècle : le 11 septembre 2001 (qui occulte ainsi soigneusement le 11 septembre 1973, où Salvador  Allende mourut du coup d'État de Pinochet au Chili). Aujourd'hui il fait appel à des dons pour continuer à enquêter malgré les pressions et les menaces du gouvernement US et de ses satellites européens ou autres (suivez mon regard).

Donner à eux, c'est donner à soi, donner à tous : malgré les énormes pressions des gouvernements pour étouffer ce scandale encore en formation, il faudra bien que la vérité éclate. Oui, elle risque d'en éclabousser beaucoup. C'est dix ans de l'Histoire du monde entier qui ont été influencés par cet évènement pervers. Irak, Libye, ont été rayés de la carte.  Mais des dizaines de faits moins marquants sont des conséquences de ce "fait d'armes", dont la conséquence locale primordiale a tout de même été la mise entre parenthèses de la Constitution US, et de toutes les libertés même fondamentales qu'elle protégeait. Les États-Unis sont tout-à-fait officiellement maintenant une dictature, où n'importe qui (oui, n'importe qui) peut être arrêté, emprisonné à vie au secret, sans jugement, ou même tué.

Rien qu'un tel résultat en dit long. Car il est à craindre que ce résultat ne sont en fait la cause de ce triste jour. Qu'importaient, effectivement, quelques morts, si ceux-ci n'étaient que les premiers d'une longue liste à jamais cachée ? On repense à ces six cents camps de détention de la FEMA qui émaillent tout le territoire US depuis des années, et qui apparemment sont toujours vides. De futurs Guantanamo internes, mis en service à l'occasion d'un nouveau Nine-Eleven encore plus vicelard ? Les lois sont prêtes, pour passer à l'action instantanément. A quoi serviront, désormais, les troupes évacuées de ce nouvel échec (après le Vietnam) de l'hyperpuissance militaire en Afghanistan ? Leur retour au bercail sera-t-il le signal pour une nouvelle escalade contre les pauvres dernières libertés des citoyens ?

Les USA se positionnent, encore maintenant, et avec une arrogance toujours aussi vive, comme le rempart ultime et mondial contre les terrorismes et les menaces. On reconnaît là le système de la propaganda que Bernays sut si intelligemment codifier. Retourner la réalité, annoncer exactement l'inverse, rendre innocent le coupable, et montrer du doigt l'innocent, le citoyen, le probe, le fraternel. Désormais, il y a bien un terrorisme dans notre monde, terrorisme d'État bien entendu. Il est perpétré avec force, impunité et allégresse par les "services spéciaux" US, mais aussi européens, israéliens, saoudiens.

Repensons-y, à l'occasion des évènements récents de Toulouse et Narbonne, qui sentent le coup monté. Le système continue, rejetant sur des coupables fabriqués des actions de propaganda planifiée. Pourtant, la ficelle est un peu grosse, elle est même énorme. Les médias aux ordres ne disent rien, ou si peu.  N'est-ce pas un Nouvel Ordre Mondial, pas forcément formel, mais bien présent, qui s'arrange pour perdurer malgré les interrogations des citoyens, Indignés ou non ?

3 commentaires:

  1. Mon avis sur ce si grave sujet n'est pas le tien, c'est à dire celui de cette association américaine : je pense qu'il SURÉVALUE trop le rationalisme du complot du capitalisme à saccager l'État US, dans ce qu'il lui reste de démocratique. A mon avis, il y a bien des complots (merci TINA !), mais aussi des errances dans ses réalisations, voire des contradictions parfois dérisoires. Rappelons-nous l'échec de "la baie des cochons" contre Castro... et même celui du blocus asphyxiant de Cuba, depuis...
    Je sais la férocité de l'impérialisme US, qui a BESOIN d'un "ennemi" (hier le communisme, aujourd'hui l'Islam)pour régner en fait sur les peuples "térrorisés" par ce bouc émissaire, alors que le seul terroriste c'est le Capital...
    Et on en revient à la fameuse question : QUI A PEUR DE QUI ? que posait Mao, lequel n'a pas dit ni fait que des conneries...
    On en revient à cette grosse stupidité d'un "penseur" du capitalisme (je ne sais plus qui) affirmant : "Oui, la guerre de classes existe, mais nous l'avons gagné définitivement ! "... RIEN de moins sûr, "tant qu'il y aura des hommes" ... que ce soit aux USA, en Amérique Latine, Afrique, Moyen Orient, Asie, Europe...

    RépondreSupprimer
  2. Le capitaliste qui avait proféré cette phrase, Rem*, c'est Warren Buffet. En fait, de mémoire il avait dit "Oui, il y a une lutte des classes, mais c'est la mienne qui est en train de la gagner." C'est déjà moins définitif, et au contraire assez clairvoyant, avec une note semble-t-il de nostalgie que les choses se passent ainsi. Les autres, la tête dans le guidon, sont bien plus impitoyables encore : ils ne disent rien, ils foncent.

    RépondreSupprimer
  3. @babel (et @rem*) : oui, tu as raison, la sienne est "en train" de la gagner...mais une guerre n'est pas gagnée (ou perdue) tant que le dernier fusil ne s'est tu, que le dernier espoir n'est mort ! et pour l'heure, je me fais peut-être des illusions, mais il me semble que la résistance s'organise et que le cours de la bataille pourrait bien s'infléchir ! bisous à tous les 2, ça fait tjs plaisir de vous croiser de ci de là sur la toile ;-)

    RépondreSupprimer